9 mai 2014. Demat, bonjour,

Complément: définition, vie d'un notaire, types d'actes et un exemple à Pleyben en 1667.

famille-metiers-1

Définition: Conditions d'accession au notariat : avoir en principe plus de 25 ans ; acquérir l'office d'un notaire royal après sa démission ou de ses héritiers en cas de décès ; obtenir des lettres de provision du roi, la sentence de réception auprès de la juridiction royale concernée, l'agrément le cas échéant de la communauté des notaires de la ville ; satisfaire à une enquête de bonne vie et moeurs, être bon catholique ; avoir quelques connaissances de la pratique en ayant exercé auparavant comme clerc dans une étude, en recopiant les actes. Compétence et ressort : en principe, ils instrumentaient (exercice de leur profession) dans toute l'étendue de la cour royale à laquelle ils étaient rattachés (seuls les notaires du Châtelet de Paris avaient compétence dans tout le royaume).

Vie d'un notaire: Il faisait peu d'actes à domicile ; itinérant, il se rendait dans les différents hameaux du village qui était de son ressort et des villages environnants. Au début d'un acte, il précisait le lieu de la rédaction : chez les parties, sur la place publique, à la porte de l'église, au cimetière (!).... De même, il consignait l'heure dans un monde de dur labeur. il venait soit très tôt le matin soit tard le soir et parfois la nuit. Il était quelquefois payé en nature. A l'occasion, il se livrait au négoce ou prêtait de l'argent. Connaissant bien la fortune de tout le monde, leurs enfants faisaient souvent de "beaux" mariages.

Types d'actes des notaires: Les Minutes. sont les originaux des actes notariés, signés des noms des parties, des témoins et du notaire qui leur confère authenticité et demeurent chez lui. Les Grosses: copies des minutes données aux parties. Les Brèves: résumés d'actes, les clauses de style sont supprimées. Les Étendues brèves accompagnées de considérations personnelles du notaire. Les Brouillards: projets d'actes notariés. Les Insinuations : Copies d'actes envoyées par le Notaire à un Insinuateur (un par Sénéchaussée) qui représentait le pouvoir central, contrôlait et faisait payer un droit d' enregistrement.

Nos ancêtres avaient recours sans arrêt au notaire étant donné qu'ils étaient analphabètes à 70 % et que seul le notaire pouvait garantir l'authenticité des transactions. Dans les minutes notariales, on trouve les contrats de mariage, les donations, les testaments, les contrats d'apprentissage, actes d'achat de ventes, de tutelle, d'émancipation ou de manfournerie, comptes-rendus des réunions des communautés villageoises, hommages aux Seigneurs, relevés d'imposition, etc. Tous les actes sont intéressants pour découvrir une facette de la vie de nos ancêtres.

Un exemple à Pleyben en 1667:probablement Louis Queffelec voir §4 ci-dessous

Exemple Pleyben 1667_1

 

Exemple Pleyben 1667_2

 

Exemple Pleyben 1667_3

______________________________________________________________________________________________________________________________

11 février 2014. Demat, bonjour,

Cet article pour vous présenter quelques notaires royaux dont le patronyme était Queffelec.

Ces hommes vivaient parmi les leurs, citadins parfois mais directement issus des fermes.

Déjà lettrés dans ces temps reculés, ils savaient lire, écrire en Français et, bien sur, communiquer en Breton.

La revue "Bretons" hors série "Histoire" n° 18 (décembre 2013 page 13): En 1864, on considérait que dans 96% des communes du Finistère le français n'était pas du tout compris. 

Voici quelques photographies prises en 2011 aux archives départementales de Quimper, car c'est dans ce dépot que se trouvent la série 4E qui contient les actes notariés.

1) Joseph Queffelec, notaire royal de Quimper à Cleden Cap Sizun (commune du Pays du Cap au nord du Pays Bigouden), vers 1760.

BILD3893

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le plus étrange est le sceau de cire qui a par bonheur survécu au temps et aux manipulations et que j'ai trouvé sur l'un de ses actes.

Dans un prochain article vous pourrez le comparer au blason des familles nobles bretonnes "de Bégasse".

Bégasse pour bécasse c'est à dire notre patronyme kefeleg en Breton.

BILD3856

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici un échantillon de la magnifique écriture Joseph, il s'agit d'un acte au profit de Danyel Queffelec qui, je le pressens,

était de sa famille de souche du Pays du Cap:

 

BILD3906

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BILD3907

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BILD3908

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici sa signature sur un autre acte notarié:

 

BILD3867

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2) ??? Queffelec, notaire royal de Quimper

 

BILD3946

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'acte est signé Le Queffelec en bas à droite:

BILD3962

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3) Christophe de Quenech de Quivilic, notaire royal du Faou

La famille "de Quenech Quivilic" existe encore de nos jours.

C'était une famille noble d'ancienne extraction.

Je ferai un article à leur sujet.

Leur patronyme veut dire "la colline aux bécasses". Quenech est un mot classique chez les Celtes.

Des familles bretonnes portent encore le patronyme Quenechdu (colline noire), il s'agit exactement du même patronyme que les Kennedy d'Irlande.

 

BILD3996

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme vous pourrez le constater son écritrue est très lisible:

BILD3997

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici sa signature "xphle quenechquivilic" datée du 22 juin mil six cents quatre vingt traize

Christophe de Quenech de Quivillic est sieur de la Blanche Porte. Il s'est marié à Jeanne Queffelec à Rosnoën le 13 juillet 1696.

Jeanne a eu deux enfants de lui: Jeanne en 1697 et Françoise en 1700.

Christophe est décédé à Rosnoën le 8 décembre 1700, il avait 44 ans.

Sa femme Jeanne Queffelec est issue de la famille Queffelec qui a sa souche à Rosnoën village de Quillivian.

BILD4007

 

 

 

 

 

 

 

 

4) Guillaume Queffelec notaire royal à Pleyben

Les actes de ce notaire ont probablement disparu, il n'y en n'a pas aux archives départementales du Finistère.

Peut être resurgira t'il un acte lors d'une transmission familiale comme il en existe encore dans les familles bretonnes.

Guillaume s'est marié à Renée Lysac vers 1632, il en a eu deux enfants à Pleyben :  Jacquette en 1638 et Marie en 1644

4) Louis Queffelec notaire royal à Pleyben

Les actes de ce notaire ont probablement disparu, il n'y en n'a apparemment pas aux archives départementales du Finistère.

Louis s'est marié à Marie Le Page vers 1649. Pas d'acte de naissance, de mariage ou de décès pour ce couple.

Louis était notaire royal, seigneur de K/puns. Il est peut-être fils de Guillaume mais ce n'est pas avéré.

Le village de Kerpuns existe encore de nos jours.

Louis avait deux soeurs Françoise et Marie

Françoise: mariée à Mathieu Rivoall, général d'armes en 1655, seigneur de Coathuel

Marie: mariée à François Jouet, avocat et noble, seigneur de la Brosse

5) Guy Le Queffelec notaire royal à Pont-Croix

Guy Le Queffelec x Catherine ROCHOU (° 9/5/1669 à Pont-Croix, x #1690, + 19/6/1721 à Goulien agé de 51 ans), meteier au manoir de Lesouah en 1717, cité à plusieurs reprises notaire, fils de

Jan x Marguerite CASTEL ou CORBEL (°# 1645, x # 1670, + 30/10/1717 à Goulien agé de 97 ans) 

Les actes de ce notaire ont probablement disparu, il n'y en n'a apparemment pas aux archives départementales du Finistère.

______________________________________________________________________________________________________________________________

Si vous avez d'autres éléments relatifs à ces familles, c'est avec joie que je les intègrerai dans cet article.

Trugarez vras

Cheun ar C'heveleg