Patrick Queffelec,

 

Photo

Brest le 2 avril 2010

Dans le cadre des onzièmes Journées de caractérisation micro-ondes et matériaux (JCMM), Patrick Queffélec, professeur d'électronique et maître de conférences à l'UBO, s'est vu remplir le rôle de président decet événement international.

Que sont les JCMM?

C'est un congrès scientifique international qui se tient tous les deux ans dans une ville de France. C'est la deuxième fois qu'il a lieu à Brest, la dernière s'étant déroulée en 1994. Il s'agit de faire le point, dans le domaine scientifique, sur l'interaction des ondes électromagnétiques et des matériaux, en vue d'une application particulière. Par exemple, dans le domaine des télécoms, de l'imagerie médicale ou du contrôle d'objets. On va donc étudier différents types de matériaux, artificiels comme naturels, ainsi que leurs propriétés pouvant laisser entrevoir des applications intéressantes.

Qui organise ce congrès?
Cet événement est organisé par l'UBO, en partenariat avec le CNRS et le Lab-Sticc (Laboratoire des sciences et techniques de l'information, de la communication et de la connaissance). Desreprésentants d'organismes industriels, comme Thales ouleCEA (Commissariat àl'énergie atomique), sontégalement présents.

Réservez-vous quelques surprises aux inscrits?
Nous avons prévu quelques animations, comme un dîner degala, un concert ou encore une balade en mer. Mais, l'undes petits plus de ce congrès, c'est la remise dedeuxprix d'excellence de300EUR chacun. Nous avons, durant cestrois jours, 61présentations de doctorants. Nous récompensons la meilleure communication orale étudiante et la meilleure communication étudiante paraffiche.

_____________________________________________________________________________________________________________________________

Sa thèse de doctorat, Sous la direction de J. LOAEC, soutenue en 1994 à Brest

Patrick_Queffelec

Conception d'une cellule microruban pour la mesure large bande (45 mhz - 12 ghz) de la permitivite et de la permeabilite complexes des materiaux. Application a la caracterisation electromagnetique des couches minces dans le domaine des micro-ondes

 

Résumé

 

L'objectif de ce travail est l'elaboration dans le domaine des micro-ondes d'une methode de mesure large bande de la permittivite et de la permeabilite complexes des materiaux pouvant s'appliquer aussi bien aux echantillons massifs qu'aux couches minces. La technique mise au point est basee sur la mesure en reflexion/transmission d'une ligne microruban chargee par le materiau a etudier. La permittivite et la permeabilite du materiau sont obtenues a partir d'un logiciel specifique, concu dans le cadre de cette etude. Ce logiciel associe l'analyse electromagnetique de la cellule (utilisation de l'approche spectrale et de la theorie des lignes) a un programme d'optimisation (probleme inverse). Grace a l'utilisation d'un kit d'etalonnage de l'analyseur de reseaux de type trl, cette methode a permis de caracteriser dans une bande de frequence allant de 45 mhz a 12 ghz, des materiaux dielectriques, ferrimagnetiques et ferrocomposites, absorbants ou transparents. Les epaisseurs des echantillons testes varient de quelques millimetres a quelques dizaines de micrometres. Pour les materiaux massifs a caracteristiques electromagnetiques elevees, il a ete mis en evidence que la precision des resultats en hautes frequences depend de la prise en compte des modes superieurs de la ligne microruban

_____________________________________________________________________________________________________________________________

Lundi 19 décembre 2011

Technologies de l'info-com. Lab-STICCN : le laboratoire brestois qui grandit

Photo 2011

Le laboratoire Lab-STICCN comptera bientôt 30 % de chercheurs en plus, grâce à de nouveaux associés. Objectif : être plus visible à l'international dans les technologies de l'information-communication.
 

Un contrat renouvelé avec le CNRS

Spécialisé en sciences de l'information et de la communication, le Lab-STICC a été créé en 2008 par l'école d'ingénieurs Télécom Bretagne et les universités UBO et UBS (Lorient). En 2010, il a été noté A par l'Agence d'évaluation Aeres. Son contrat avec le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) vient d'être renouvelé pour cinq ans.

« Nous voulons représenter toute la chaîne de communication"

À partir du 1er janvier, les écoles d'ingénieurs Enib et Ensta seront associées. Et Télécom Bretagne et l'UBO accroîtront leur présence. Le laboratoire comptera 30 % de chercheurs en plus : soit 450 personnes (200 chercheurs, 200 doctorants) contre 330 jusqu'à présent.

« Notre objectif est d'être plus « visible » à l'international, et de peser davantage dans les décisions », explique Gilles Burel, directeur adjoint. « Nous voulons représenter toute la chaîne de communication : les capteurs de réception, les transmissions des messages, et la prise de décision », explique Alain Hillion, directeur.

Des domaines d'applications variés

Les chercheurs sont spécialisés en physique, électronique, maths appliquées, informatique et traitement des signaux. Les domaines d'applications sont : les télécommunications ; la mer, l'environnement et la défense ; la santé.

Des exemples : l'influence des ondes des téléphones portables sur le cerveau ; les aides aux personnes dépendantes (âgées ou handicapées), etc.

Claude Berrou, co-inventeur des turbo codes, membre de l'Académie des sciences, y est conseiller scientifique. Il explore le « code neuronal », la ressemblance entre un code informatique et ce qui se passe dans le cerveau.

Le laboratoire est impliqué dans les 2 labex remportés par la Bretagne (laboratoires d'excellence sélectionnés dans le cadre des Investissements d'avenir).

Il génère un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros par an.

_____________________________________________________________________________________________________________________________

Bretagne : cap sur l'innovation

La semaine de Jean-François Prevéraud | Conception & Design, par publié le 04/09/2008 à 15h00

L'Université de Bretagne Occidentale a saisi l'opportunité de Brest 2008 pour présenter des start-up et des porteurs de projets innovants issus de ses laboratoires. Une foule d'idées nouvelles, y compris dans le domaine de la conception.

 Hardi les gars, vire au guindeau, hissez la grand voile et cap à l'ouest... Mercredi 16 juillet 14h00, je suis à Brest 2008, sur le pont de l'Abel Tasman, une goélette de 41 m construite en 1913, qui appareille pour une après-midi en mer. Spectacle magnifique que de voir de près ces centaines de voiliers anciens croiser dans la rade quelques-uns des voiliers de course au large les plus médiatiques du moment ou le premier Pen Duick, venu rendre hommage à Eric Tabarly disparu voici 10 ans.

Mais si je suis là c'est aussi pour travailler. En effet, l'Université de Bretagne Occidentale (UBO), basée à Brest, et Bretagne Valorisation, structure chargée d'accompagner les projets d'entreprises issus de la recherche publique en Bretagne, ont saisi l'opportunité de cette grande manifestation maritime pour présenter, de manière originale, 8 start-up high-tech issues de la recherche publique et 11 porteurs de projets en phase de maturation à des décideurs et des financiers.

Cette manifestation a été aussi l'occasion de faire partager à quelques futurs créateurs d'entreprises l'expérience des nouveaux entrepreneurs et de dirigeants d'entreprises issus des laboratoires de recherche publique. Ils ont ainsi évoqué les facteurs clés du succès et plus prosaïquement le financement de leurs projets, tant en phase amont qu'au démarrage.

Patrick Queffelec et Serge De Blasi porteurs du projet: εpsilon & Mμ,

«εpsilon & Mμ» propose aux industriels une expertise de caractéisation de matéiaux solides, liquides, poudreux, films,couches épaisses, transparents comme les substrats de circuits imprimés ou absorbants, comme les mousses de chambres anéchoïques. Des prestations de mesure de ces paramètres sont proposées à l’aide d’analyseurs de réseaux et de stations de test sous pointes. Les techniques développées permettent d’évaluer les propriétés électromagnétiques des matériaux et de prévoir leur comportement. Parmi les applications faites en routine, on peut noter la mesure des propriétés micro-ondes d’aliments ou le contrôle non-destructif sur des pièces métalliques ou en béton (centrales EDF).

La société commercialise aussi des cellules spécifiques de mesure de la permittivité et la perméabilité et les logiciels associés pour mieux comprendre le comportement des matériaux ou faire du contrôle qualité.

______________________________________________________________________________________________________________________________