D'ar Merc'her pevar warn ugent a viz C'hwevrer 2015.

Demat d'an holl,

Cet article pour présenter Christian Queffelec

André Queffelec

 

André Queffelec 2

__________________________________________________________________________________________________________________________

Plan de l'article:

1) Lignée patri-linéaire

2) Article du Télégramme

3) Histoire des bagads extrait Wiki

__________________________________________________________________________________________________________________________

1) Lignée patri-linéaire:

Légende: ° = naissance, x = mariage, xx = remariage, + = décès, # = date approximative

 

 André Corentin Marie Queffelec fils de:

 Corentin Marie Queffelec x Anna Yvonne Marie RANNOU (° 10/5/1913 à K/veo beuze en Plonevez-Porzay, x 14/1/1947 à Plonevez-Porzay, + Anna 10/3/2015 à K/veo beuze en Plonevez-Porzay, + Corentin 12/11/1980 à Douarnenez) d'où 2 enfants, fils de:

Guillaume Corentin Marie Queffelec x Marie LE BEUZE (° 25/1/1886 à Pors an dour en Saint-Nic, x 21/5/1912 à Plonevez-Porzay, + Guillaume 11/12/1963 à K/veo beuze) d'où 3 enfants, fils de:

Corentin Queffelec x Marie Jeanne LE STUM xx Marie LEZENVEN (° 13/1/1842 à Pors piriou en Saint-Nic, x 4/11/1868 à Saint-Nic, xx 20/6/1877 à Saint-Nic, + Marie Jeanne 7/8/1872 à Lessirguy en Saint-Nic, + Marie 29/5/1909 à Plonevez-Porzay, + Corentin 4/4/1922 à Plonevez-Porzay) d'où 9 enfants, fils de:

Etienne Queffelec x Jeanne LE DIDAILLER (° 24/12/1807 à Pors piriou en Saint-Nic, x 4/2/1833 à Saint-Nic, + Jeanne 6/6/1878 à Pors piriou en Saint-Nic, + Etienne 1/11/1873 à Pors piriou en Saint-Nic) d'où 4 enfants, fils de:

Etienne Queffelec x Marie PIRIOU (° 8/10/1781 à Creac'hmilin en Saint-Nic, x 16 Pluviose an 9 à Saint-Nic, + Marie 24/10/1808 à Saint-Nic, xx 30/7/1815 à Saint-Nic avec Anne BONIZEC, + Anne 2/1/1820 à Porspiriou en Saint-Nic, + Etienne 30/10/1837 à Porspiriou en Saint-Nic) d'où 4 enfants du 1er lit et 2 enfants du 2nd lit, fils de:

Corentin Queffelec x Catherine LE BRETTON (° 23/12/1757 à St Nic Creac'hmilin, x 10/2/1779 à St Nic, + ? <= 1830) d'où 13 enfants, fils de:

Corentin Queffelec x Barbe THOMAS (° 3/8/1712 à St Nic, x 4/6/1755 à St Nic, + 8/4/1765 à St Nic Creac'hmilin) d'où 6 enfants, fils de:

Simon Queffelec x Geneviève KERMARREC (° 28/10/1688 à St Nic, x 3/9/1708 à St Nic, + 18/9/1747 à St Nic) d'où 7 enfants, fils de:

Corentin Queffelec x Catherine DENIEL (° 30/6/1671 à St Nic, x 20/8/1685 à St Nic, + 14/12/1698 à St Nic) d'où 5 enfants, fils de:

Guillaume Queffelec x Catherine LE GANNAT (° 4/11/1634 à St Nic, x # 1665 à St Nic, + 16/10/1702 à St Nic Creac'hmilin) d'où 7 enfants, fils de:

Yves Queffelec x Marie LE DREAU (° # 1610 à St Nic, x # 1633 à St Nic, + ?) d'où 12 enfants, fils de:

Hervé Queffelec x Marguerite ABBADIEZ (° # 1585 à St Nic, x # 1610 à St Nic, + > 1635 à St Nic) d'où 9 enfants, fils de:

? x ?

 

 

__________________________________________________________________________________________________________________________

2) Article Télégramme:

Pour André Queffélec, tout se bouscule en cet été 2010: la montée de son bagad en première catégorie, au moment où il devient président de BAS (Bodadeg ar Sonerion, la confédération des bagadoù et sonneurs de Bretagne et d'ailleurs). Et quand on demande à André Queffélec lequel des deux événements, la montée de son bagad ou son accession à la présidence de BAS est, pour lui, le plus important: «La montée bien sûr», répond-t-il. L'enfant du Porzay, joueur de cornemuse, n'a connu qu'un seul bagad, celui dans lequel il sonne depuis le milieu des années 80 et à la montée duquel il a donc activement participé: Plougastel-Daoulas (29). «Ces quatre dernières années, nous avons à chaque fois remporté la manche de printemps avant de nous classer premier ou deuxième à Lorient. En fait, si en 2007, le règlement avait été le même qu'aujourd'hui (montée automatique pour les deux premiers de chaque catégorie NDLR), nous aurions déjà accédé à la première catégorie».

À la tête d'une «grosse boutique»

C'est un Festival interceltique en apothéose pour celui qui inaugurait à Lorient son tout nouveau costume de président de Bodadeg ar Sonerion. André Queffélec a, en effet, succédé à Bob Haslé dans le courant du mois de juillet. Une élection qui coïncide donc avec le retour d'un représentant du Finistère-Nord en première catégorie, depuis le départ de la Kevrenn Sant Mark, en 1975. «BAS, c'est une grosse boutique, mais j'étais déjà un peu préparé, comme président de BAS Penn ar Bed (Finistère NDLR), la plus importante des fédérations de BAS». André Queffélec quittera aussi la présidence du bagad de Plougastel-Daoulas, car son nouveau mandat lui donnera largement assez d'occupations. L'une d'elles sera de développer la présence des bagadoù dans la vie culturelle bretonne. «Pour l'instant, le championnat est la partie la plus visible de leur travail. Sur quelque 125 associations, une centaine participent aux concours, ce qui représente, avec les bagadig et «bagad bis», quelque 150 formations au total. L'été, c'est notre façade, avec toutes les fêtes et festivals dans lesquels les bagadoù assurent le spectacle».

«Montrer notre richesse»

Si les concours sont un bon moyen de faire progresser les groupes, par l'émulation, ils ne doivent cependant pas être le but. Les bagadoù ont une capacité d'animation du territoire que beaucoup, à commencer par eux-mêmes, mésestiment. Il n'y a pas que les fêtes estivales. Même s'ils restent des formations amateurs, les bagadoù doivent montrer qu'ils sont aussi capables d'animer la scène musicale à contre-saison. «De plus, en plus nombreux, les groupes s'engagent dans la voie de la création, mais ils doivent le faire connaître plus largement dans les salles de spectacles. Je trouve dommage qu'en général toutes ces créations soient aussi peu présentées. Nous avons la chance d'avoir des groupes de qualité aux styles différents et bien reconnaissables. Il faut faire fructifier cette richesse. Et, dans ce domaine, je n'oublie pas les sonneurs de couples», ambitionne André Queffélec.

Renforcer la formation

Il n'oublie pas non plus que la source de cette richesse est la formation. «Pour l'instant, la formation est principalement organisée par les fédérations départementales, mais il va falloir la structurer un peu mieux. L'harmoniser pour mieux répondre aux besoins sur l'ensemble du territoire en trouvant un fonctionnement commun». Le principal souci est d'abord le financement. «Il dépend essentiellement des collectivités territoriales, notamment les Départements. Mais leurs budgets se restreignent. Les encadrants bénévoles en font déjà beaucoup, on ne pourra pas leur en demander toujours plus. Il va donc falloir trouver d'autres solutions: conventions avec les municipalités ou partenariats privés. L'avenir de la plus grosse école de musique de Bretagne en dépend».

_______________________________________________________________________________________________________________________________

3) Historique des bagads (extrait Wiki)

Origine

Les années 1920 voient un changement important dans le monde breton, avec un tournant générationnel important : l'habit traditionnel est délaissé, tout comme la musique, à laquelle on préfère les airs à la radio. Il en est de même pour les bals, où les danses bretonnes sont remplacées par les pas à la mode en France. Dans ce cadre de changements sociaux et économiques, la culture et la langue bretonne est à présent perçue « en termes de retard et de handicap». Le couple biniou-bombarde est donc victime de ces changements, et est alors en voie de disparition malgré sa richesse et sa spécificité. Dans les années 1920, une dizaine de musiciens traditionnels seulement étaient encore en activité. Une première tentative de regroupement de sonneurs sopère alors, afin de sauver les savoirs. C'est la création de la KAV, Kenvreuriezh ar Viniaouerien (Confrérie des joueurs de biniou), en 1932 par Hervé Le Menn dans le milieu breton de Paris. A cette première fédération succède la première et véritable société de sonneurs, la Bodadeg ar Sonerion (« Assemblée des sonneurs » - B.A.S.), créée au cours du Congrès de l'Institut celtique de Bretagne en 1943. Le 23 mai 1943, Bodadeg ar Sonerion livre sa première prestation dans la cour du Parlement de Bretagne à Rennes. Ses membres fondateurs, les « six mousquetaires » selon les mots de Per-Jakez Helias sont Dorig Le Voyer, Efflam Kuven, Robert Marie, Iffig Hamon, René Tanguy et Polig Monjarret. Le premier camp musical se déroule en Bodadeg ar Sonerion 2 septembre 1943, à Gouézec, avec 23 élèves. Du fait de la guerre, les statuts de la B.A.S. ne seront déposés à la préfecture de Rennes qu'en 1946. Dorig Le Voyer en devient président et Polig Montjarret le secrétaire. Au début, le projet semble fou : « Pour beaucoup de détracteurs, ce nouveau combat semble perdu d'avance, tant il va à contre-courant des préoccupations de l'époque ». C'est l'idée du bagad, reprenant celle des pipe-bands écossais qui va motiver les jeunes sonneurs. Après plusieurs tentatives pour rassembler des sonneurs au sein d'une formation, Polig Monjarret crée le premier bagad à Carhaix en 1948, avec la forme à trois pupitres qu'on lui connaît encore aujourd'hui : bombardes, biniou braz (progressivement remplacé par la cornemuse écossaise) et une section rythmique (caisses claires écossaises et percussions).

 L'Après-guerre

Un second camp musical se déroule en août 1946 à Argol. En 1947, le troisième camp, à Sarzeau, a invité une délégation écossaise. En 1949, la B.A.S. sort sa revue Ar Soner. En 1950, la fédération Kendalc'h (Maintenir  en breton) naît à Quimper. Elle regroupe, avec les cercles et la B.A.S., tous ceux qu'intéressent la culture bretonne. Polig Monjarret en est le secrétaire général. En 1953, pour fêter les 10 ans de la B.A.S., un festival international de cornemuses se déroule à Brest. Il sera reconduit chaque année et, pour retrouver une nouvelle vigueur, émigrera en1971 à Lorient. Depuis 2010, le président de la B.A.S. est André Quefféllec, il succède à Bob Hasle qui aura présidé l'association durant 13 années. En 2010, Bodadeg Ar Sonerion regroupe 130 bagadoù, soit environ 6000 musiciens.

Organisation:

Structure B.A.S. est organisé en plusieurs fédérations départementales :

• Bodadeg ar Sonerion Aodoù an Arvor (section départementale des Côtes-d'Armor - 22)

• Bodadeg ar Sonerion Bro Naoned (Section départementale de Loire-Atlantique - 44)

• Bodadeg ar Sonerion Penn ar Bed (Section départementale du Finistère - 29)

• Bodadeg ar Sonerion Bro Roazhon (Section départementale d'Ille-et-Vilaine - 35)

• Bodadeg ar Sonerion Bro Gwened (Section départementale du Morbihan - 56)

• Bodadeg ar Sonerion Divroet (Section hors-Bretagne)

B.A.S. national, dont le siège se trouve à Ploemeur (Morbihan) au Centre Amzer Nevez, se charge de la gestion administrative, de l'organisation générale de l'association. L'actuel président de B.A.S est André Queffélec, son directeur Jean-Yves Elaudais.

Historique des présidents:

• Dorig Le Voyer de 1946 à 1960

• Polig Monjarret de 1960 à 1982

• Martial Pézennec de 1982 à 1990

• Alan Le Buhé de 1990 à 1997

• Bob Haslé de 1997 à juillet 2010

• André Queffélec depuis juillet 2010 

Bodadeg ar Sonerion 3

Concours

Le championnat national des bagadoù, organisé par la Bodadeg ar Sonerion, a lieu chaque année depuis 1949.

Championnat de Bretagne des sonneurs par couple Deux concours sont organisés depuis 1957 : couples kozh et couples bras. La finale du championnat de Bretagne des sonneurs par couple se tient tous les ans à Gourin (Cornouaille) (traditionnellement le premier week-end de septembre).

Autres concours

D'autres championnats sont également co-organisés par B.A.S. : le championnat de musique traditionnelle (sonneurs de couples, duo libre, etc.), ainsi que de multiples concours où s'affrontent batteurs, sonneurs de bombardes, de cornemuses, etc.

Éditions

B.A.S édite chaque année des CD / DVD du championnat des bagadoù. (Brest 2006, Lorient 2006, Brest 2007, etc.)

Des méthodes pour apprendre à jouer cornemuse, bombarde et caisse claire sont également éditées, ainsi que des recueils de partitions (Tonio% Breizh-Izel) Bodadeg Ar Sonerion édite également une revue bimestrielle Ar Soner, ce magazine, élaborée par un collectif du Comité Directeur et dirigé par Bob Haslé, traite de l'actualité de la musique bretonne et celtique, et propose des articles de fond sur ce domaine.

______________________________________________________________________________________________________________________________