21 avril 2014, Demat, bonjour,

Cet article pour présenter un livre d'Yves Gibeau intitulé "Allons z'enfants"

Page 53 il est mentionné que parmi les graffitis gravés dans les poutres d'une toiture à l'Ecole Militaire des Andelys un dénommé "Quefellec " a souhaité s'immortaliser en 1927-1928

Voic le lien à un blog relatif à l'école militaire préparatoire des Andelys (EMP):

Plan de l'article

1) Le livre

2) Yves Gibeau

3) Photographies

_______________________________________________________________________________________________________________________________

1) Le livre

Histoire d'un enfant de troupe, rebelle, passionné de cinéma, devenu soldat courageux, épris d'idéal (pendant la Seconde Guerre mondiale). Épopée libertaire, charge virulente contre l'hypocrisie militaire et la démagogie - dont Yves Boisset tira un film bouleversant avec Jean Carmet.

« Sous la pression de son père, adjudant à la retraite et ancien combattant de 14-18 Simon Chalumot, douze ans, est envoyé comme enfant de troupe aux Ecoles militaires. Il découvre le cœur de servitude de rapports soi-disant humains, la surdité militante, l'écœurante brutalité d'un monde où la hiérarchie remplace le raisonnement. Son insoumission passe par le conflit permanent, les tentatives d'évasion et le suicide, la solitude. Le calvaire va durer plus de dix ans, jusqu'à la bataille de Dunkerque, en 1940 »

Grand succès populaire dès sa parution en 1952, l'aventure du jeune Chalumot, sorte de "Bardamu (...) qui n'aura jamais trouvé l'horizon de sa fuite", a été vendue à plus d'un million d'exemplaires. " Vous connaîtrez de suprêmes extases, de voluptueux frissons, voire des spasmes de joie en lisant Allons z'enfants... » (René Fallet, Le Canard enchaîné)

Le film d'Yves Boisset (1980) Avec Jean-Pierre Aumont, Lucas Belvaux, Jean Carmet, Eve Cotton et Jean-Claude Dreyfus.

 

PICT6535

 

PICT6534

 

PICT6533

PICT6536

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________

2) Yves Gibeau  (1916-1994)

Portait d'Yves Gibeau

 

Yves Gibeau (3 janvier 1916 à Bouzy (Marne) - 14 octobre 1994), écrivain.
Fils de militaire, il ne connaîtra jamais son père. Il sera reconnu et élevé par un sergent de l’infanterie coloniale. Yves Gibeau passe une partie de sa jeunesse sous l'uniforme de 1934 à 1939.

D'abord enfant de troupe aux Andelys puis à Tulle, puis soldat, il est fait prisonnier de guerre en 1940 à Dunkerque et envoyé au Stalag XI B en Prusse orientale. Il est rapatrié d'Allemagne en 1941 et gagne ensuite sa vie à l'aide de petits boulots. Il exerce quelques temps le métier de chansonnier, devient par la suite journaliste à Combat puis rédacteur en chef du journal Constellation. Il avait conservé de son expérience sous les drapeaux des convictions résolument pacifistes et une haine tenace de la chose militaire.

 

Auteur de nombreux livres, dont Le Grand Monôme en 1946, qui lui vaut une bourse Blumenthal, La Fête continue (1950), Les Gros Sous (1953), ou La Ligne droite (qui obtient le Grand Prix de Littérature sportive en 1957), La Guerre, c'est la guerre (1961). Dans son ouvrage le plus connu, Allons, z'enfants... (1952), il revient sur son passé d'enfant de troupe en décrivant non sans un certain parti pris un milieu où il met en évidence la bêtise et la brutalité. 300 000 exemplaires seront vendus dès sa parution. Ce livre sera adapté à l’écran par Yves Boisset en 1970.

 

Son dernier livre Mourir idiot (1988) retrace sa vie et sa retraite dans son presbytère, à Roucy, où Yves Gibeau restera à partir de 1981 jusqu’à sa mort en 1994. Cruciverbiste, il a tenu pendant plusieurs années la rubrique mots croisés du journal l'Express.
C’était un passionné de sport, fervent amateur de bicyclette, mais aussi un grand collectionneur, marqué par sa région, la littérature, le cinéma, il arpentera toute sa vie le chemin des Dames. Un prix littéraire porte son nom, le prix Yves Gibeau qui est décerné par un jury composé de collégiens et lycéens volontaires. Le jury récompense une oeuvre littéraire parmi cinq ouvrages d'auteurs contemporains parus en édition de poche.

 

Décédé le 14 octobre 1994, Yves Gibeau a tenu à être enterré dans le cimetière de la vieille ville de Craonne qui a été détruite pendant la Première Guerre mondiale

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________

3) Photographies

EMP Les Andelys, vue aérienne:

 

EMP Les Andelys

Affiche exposition à l'EMP, association des anciens enfants de troupe:

EMP 50 ans après

Photo Etienne Marcel, promotion 1946:

Photo Etienne Marcel promo 1946

Enfant de troupe aux Andelys dans l'Eure:

EMP Photo

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________