D'ar Sul seizh a viz Kerzu 2015

Demat d'an holl

 

Cet article pour présenter Jean Joseph Queffelec, officier de marine, professeur d'hydrographie, chercheur en radio-électricité, "Mort pour la France".

Article paru initialement le 18 juin 2014

 

Mise à jour du 1er juillet 2017:

Ajout du §2 et §7 pour présenter les documents qui m'ont été présentés par le fils de Jean-Joseph, Jean-François Queffelec

Jean Joseph et Henri Queffelec ont été lauréats du concours général respectivement en mathématiques et en thème latin.

Jean-Joseph Queffelec intègrera l'Ecole Navale à 17 ans !!! et deviendra le plus jeune enseigne de la Marine de France

son frère ainé, Henri Queffelec intègrera l'Ecole Normale Supérieure et deviendra l'un des plus grands écrivains Bretons

 

Bravo, quelle exemplarité pour nous tous ! 

Trugarez vras

Youenn ar C'heveleg - Yac'h

__________________________________________________________________________________________________________________________

Plan de l'article:

1) Lignée patrilinéaire

2) Association des lauréats du Concours Général 1933/1934

3) Ouest-Eclair 1938, le mariage

4) Journal officiel 1932, lieutenant de vaisseau

5) L'Ouest-Eclair 1939, admission à l'école supérieure d'électricité

6) Arthur Dehon Hill papers 1940/1941

7) Souvenirs d'Eugène Le Gall des FNFL

 

Pour en savoir plus sur le blog lire: Liste des articles du blog Queffelec a-drak

__________________________________________________________________________________________________________________________

1) lignée patrilinéaire:

 

Légende: ° = naissance, x = mariage, + = décès, # = date approximative

 

Jean-Joseph Queffelec x Anne Marie Henriette LE GOASGUEN (° 16/8/1911 à Brest, x 5/2/1938 à Brest, + 28/9/1952 à Versailles, officier de marine, "Mort pour la France") d'où 6 enfants, fils de:

Joseph Germain Queffelec x Joséphine Marie GUYADER (° 23/1/1869 à Brest, x 30/3/1898 à Brest, + 26/4/1916 à Bar le Duc "Mort pour la France") d'où 8 enfants, fils de:

François Queffelec x Marie LE BAUT (° 17/5/1840 à  Pleyben, x 1/2/1864 à Pleyben, + 4/1/1904 à Brest Saint-Marc, quartier maître de maneouvre puis gendarme maritime) d'où 1 fils unique, fils de:

Jean Martin Queffelec x MarieAnne LE BAUT (° 25 Floréal an IX à Pleyben, x 11/9/1838 à Pleyben, + 5/12/1857 à Pleyben moulin du Chantre) d'où 9 enfants, fils de:

Jean François Queffelec x Louise LABBAT (° 21/12/1767 à Pleyben bourg, x 31/1/1791 à Pleyben, + 22/8/1808 à Pleyben moulin du Chantre, couvreur) d'où 4 enfants, fils de :

Pierre Queffelec x Marie CINTUR (° 29/3/1746 à Pleyben, x 18/2/1765 à Pleyben, + 21/8/1808 Pleyben bourg, couvreur) d'où 8 enfants, fils de':

Pierre Queffelec x Marie AnnePIRIOU (° ? à Pleyben, x 23/1/1733 à Pleyben, + 15/4/1787 à Pleyben bourg) d'où 15 enfants, fils de:

Pezron Queffelec x Louise KERRIEN (° ? à Pleyben, x 15/6/1701 à Pleyben, + 20/10/1742 à Pleyben bourg) d'où 16 enfants, fils de:

Yves Queffelec x Jeanne LE GOFF (° # 1650 à Pleyben, x 11/6/1676 à Pleyben, + 20/1/1707 à Pleyben K/gogan) d'où 2 enfants au moins, fils de:

? x ?

_______________________________________________________________________________________________________________________

2) Association des lauréats du Concours Général 1933/1934

CONCOURS GENERAL COUVERTURE 002

 

CONCOURS GENERAL COUVERTURE 001

 

 

CONCOURS GENERAL PAGES 6 ET 7 001

CONCOURS GENERAL PAGES 24 ET 25 001

CONCOURS GENERAL PAGES 26 ET 27 001

_______________________________________________________________________________________________________________________

3) Ouest-Eclair 1938, le mariage:

 

Jean Joseph_1

 

Jean Joseph_2

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________

4) Journal officiel des 3 et 4 octobre 1932:

 

 

Promotion au grade d'enseigne de vaisseau de 1ère classe.

 

Dans la Marine nationale française, l'enseigne de vaisseau de première classe est un grade militaire correspondant à celui de lieutenant dans les autres armées et la gendarmerie nationale. C'est le deuxième grade du corps des officiers subalternes.

 

L'enseigne de vaisseau de première classe (en abrégé "EV1") porte deux barrettes dorés. On s'adresse à lui en disant « lieutenant ».

JO des 3 & 4 octobre 1932_4

 

 

JO des 3 & 4 octobre 1932_1

 

JO des 3 & 4 octobre 1932_2

 

JO des 3 & 4 octobre 1932_3

___________________________________________________________________________________________________________________          __

5) L'Ouest-Eclair du 4/7/1939, admission à l'école supérieure d'électricité:

 

1939 le 4 juillet résultat examen_1

 

1939 le 4 juillet résultat examen_2

 

1939 le 4 juillet résultat examen_3

 

___________________________________________________________________________________________________________________________

6) Arthur Dehon Hill papers , MS005, Portsmouth Athenaeum:

Source: Gift of Joseph W. P. Frost. Frost acquired the papers from the Hill House in Portsmouth. Hill’s will was found in the Athenaeum’s collection and added to the Hill Papers in April 1990.

Access: No restrictions

Summary

Correspondence, speeches, essays, journal entries, newspaper clippings, European maps, and photographs. Subjects include Hill's experiences as a member of the Judge Advocate General's Dept., of the U.S. Army in France during World War I and his activities as a law professor at Harvard.

Scope and Content

Collection includes correspondence, speeches, essays, journal entries, newspaper clippings, European maps, material from Hill’s experience as a member of the Judge Advocate Department of the U.S. Army in World War I, and photographs which have been separated to the photograph collection.

Papers consist mostly of correspondence and speeches. Arthur wrote his wife Henrietta (“Hen,” “Betty,” and “Betsy”) nearly every day during his term in France from 1917-1919. The letters are numbered to 133. These letters reflect his interest in the difference between French and American cultures, his daily routine, and the people with whom he spends time. He discusses his work processing claims of damages to French civilians by the US Army. He also tells of the time he spends with their son Adams Sherman, who drove an ambulance for the Red Cross in France and was slightly gasses, which caused bronchitis and laryngitis; he asks for news of his daughter Mary’s (Mollie) wedding to James Gardiner Coolidge in 1918. There is a gap in this collection of letters, from October 1918 to April 1919. Arthur also writes to his children.

Many letters span the period 1937-1941, when Arthur corresponded with Henri Le Goasguen, his son Charles Le Goasguen (described by another correspondent as Arthur’s “young French protégé”), and his daughter Annie and her husband Jean Queffelec. He also corresponded with Albert Legrand, a Frenchman whom he met in the office of the Judge Advocate Department. These letters (in French) often discuss the world situation. Other correspondents include George R. Farnum, Assistant Attorney General; the American Russian Institute (New England Branch), and the Secretary of the Communist Party of Massachusetts. In these letters, legal cases are sometimes mentioned.

The second grouping of papers is Arthur’s speeches, made between 1906 and 1918. Some of these are his own campaign speeches, though most are supportive speeches for the Progressive Party during 1912. Subjects include law ethics, graft cases, jury watching, the tariff, trust regulation, tax dodging, and the railroad situation.

The following papers are a miscellany. There are a few journal notes, poetry and quotes, essays, photographs of Europe in the 1880s, newspaper clippings, and some material from his term in France processing French claims. There are two charge sheets of violation and military law, one of which is against Arthur himself for leaving his post without giving notice.

The material is divided into five series: Correspondence, Speeches, Writings, Military and Miscellaneous. There are two archival boxes containing material, as well as one oversized folder containing maps of Europe.

Biographical Note

Arthur Dehon Hill was born in 1869 in Paris to Adams Sherman Hill, a professor of English at Harvard, and Caroline Inches Dehon Hill. The Hill family returned to Cambridge in 1872. Two siblings, Henderson Inches Hill (1879-1891) and Constance Carey Hill (1883-1894), died young. Arthur attended the Brown and Nichols School in Cambridge from 1888-1890, and graduated from Harvard Law School in 1894, at which time he was admitted to the Massachusetts Bar.

Arthur married Henrietta Post McLean of Bellport, Rhode Island in 1894, and the couple had three children: Adams Sherman Hill (1897), Mary Louise Hill (1899), and Arthur Dehon Hill Jr. (1910).

Arthur worked at the firm of Hill, Barlow, and Homans in Boston, at 53 State Street. In 1908-1909, he acted as District Attorney for Suffolk County, a post for which he ran again and was defeated by J. C. Pelletier. He taught law at Harvard until 1919. A Republican, in the election of 1912 he supported Theodore Roosevelt and the Progressive Part. Arthur joined the US Army in 1917 as a member of the Judge Advocate Department and went to France, where he worked processing claims of French civilians against the American Army until 1919. Arthur’s parents owned “The Barns” in Portsmouth, NH a home which was used often by Arthur’s family during WWI and during the 1930s and 1940s.

After the War, he acted as corporation counsel for the city of Boston, and work as senior member of the law firm Hill, Barlow, Goodale, and Wiswall in Boston. During the Sacco and Vanzetti case, which lasted from 1920-1927, he accepted a post as the last counsel for Sacco and Vanzetti.

Arthur and Henrietta Hill traveled to Europe in 1937. Arthur died in 1947, and Henrietta in 1963.

 

Series List

I. Correspondence, 1909-1941

II. Speeches, 1906-1918

III. Writings, 1909-1938

IV. Military, 1918

V. Miscellaneous, 1917-1940

VI. Correspondence, 1909-1941

These are primarily personal letters, though some discuss politics and business; letters from 1937-1941 often discuss the war situation in Europe. Correspondents include Henrietta Hill, Adams Sherman Hill, Arthur D. Hill Jr., Mary Louise Hill, Albert Legrand, Charles LeGoasguen, Henri LeGoasguen, and Annie and Jean Queffelec.

 

Folder 16 Annie and Jean Queffelec, 1940-1941

________________________________________________________________________________________________________________________

7) Souvenirs d'Eugène Le Gall des FNFL

 

Extracts du site "souvenirs de Eugène Le Gall":

 

Le raid de Skagerrak des 23 et 24 avril 1940:

Le surlendemain, un amiral anglais vint nous féliciter et dit en conclusion :

«Je vous félicite d’être revenus sans dommage, mais sincèrement je ne l’espérais pas !»

Après l’armistice, nous eûmes des précisions sur la portée de ce raid par les Allemands eux-mêmes. L’officier torpilleur fut convié par eux à Wiesbaden, où siégeait la Commission d’armistice. Il nous rapporta que ce raid avait vraiment surpris les Allemands, et que ceux-ci ne s’expliquaient pas comment nous avions pu traverser leurs champs de mines, car il ressortait de nos routes suivies que nous étions passés en plein dedans, au large de Christiansand. Effectivement, aussitôt après l’attaque des chalutiers, nous avions eu fort à faire pour éviter de nombreuses mines dérivantes qui surgissaient de partout.

Quant à la valeur du raid, il va de soi que les Allemands contestèrent ses résultats. Il eut quand même une conséquence certaine : durant une quinzaine de jours, les ennemis interrompirent leurs convois.

La Commission de Wiesbaden nous donna aussi ce détail : si nous avions trouvé les feux de la côte norvégienne allumés, c’est qu’un fort convoi de navires allemands la suivait de très près à ce moment, et nous n’en étions pas passés très loin. Quel beau tableau de chasse si nous l’avions trouvé.

Nous espérions bien recommencer ce genre d’action, mais malheureusement l’affaire de Norvège tirait à sa fin. Les Allemands tenaient solidement les ¾ de la côte et notamment presque tous les aérodromes. Les alliés n’allaient pas tarder à évacuer Narvik.

En conséquence, la 8e DCT fut rappelée à Brest, à l’exception du Triomphant, avarié lors de l’attaque des avions allemands, et qui resta en réparations à Rosyth. Ce qui fit que par la suite, il fut enrôlé dans les Forces Navales Françaises Libres.

En redescendant, nous fîmes escale à Boulogne. L’Amiral Abrial se déplaça de son PC de Dunkerque pour une prise d’armes à bord des deux navires et pour leur remettre la Croix de Guerre.

Vers la fin avril, nous étions de retour à Brest. Les événements n’allaient pas tarder à se précipiter, de façon tragique.

                                                                                                §§§§§§§§§§§

Notre nouveau camarade avait l’air un peu interloqué, mais, comme il l’avoua franchement plus tard, il n’avait aucunement flairé la supercherie. Celle-ci se poursuivit d’ailleurs à bord, lorsqu’à neuf heures, le commandant et son chef d’Etat-major arrivèrent à leur tour par leur service spécial. C’était mon camarade Vainclair, ingénieur mécanicien de réserve, qui tenait le rôle du Commandant ; comme il était petit et trapu, sa jeunesse rendait encore plus cocasse sa tenue de Capitaine de Vaisseau, d’autant que, comme repoussoir, on avait choisi le grand Queffelec, lieutenant de vaisseau – et frère du célèbre écrivain breton – pour représenter le Chef d’Etat Major.

                                                                                                §§§§§§§§§§§

 

 

«Le Contre-torpilleur l’Indomptable, sous le commandement du Capitaine de Vaisseau BARTHES (E.G.M.) a brillamment pris part aux opérations en Mer du Nord et sur les côtes de Norvège sous les attaques violentes de l’ennemi» Order 1159 FMF3, du 19 mai 1940

 

                                                                                                §§§§§§§§§§§

 

Enfin, le lendemain, vers midi, nous appareillâmes Cap au Nord. La route tracée sur la carte suivait la côte d’aussi près que possible. En réalité, elle ondulait au hasard des champs de mines, tant anglais qu’allemands. Toute la journée précédente, avec Queffelec, j’avais peiné à déchiffrer les "avis secrets" de l’Amirauté Britannique sur toutes les cartes qui vont du Pas-de-calais aux Orkneys, il avait fallu reporter les zones dangereuses. Cela faisait de vastes zones rouges impressionnantes au milieu desquelles s’insinuait comme un mince ruban le chenal libre de mines. Encore ce chenal devait-il être modifié fréquemment au gré des courants qui déplaçaient les mines. Il se rétrécissait parfois jusqu’à ne plus avoir qu’une cinquantaine de mètres. Il fallait viser juste et ne pas manquer les bouées le balisant.

Raid de Shagerrak 23 et 24 avril 1940

 

indomptable_photo

 

 

 

indomptable-etat-major

 

indomptable-non-datee

 

 

Carte_Skagerrak-Kattegat2

norvege1_petit

_________________________________________________________________________________________________________________________