D'ar Sadorn seitek a viz Genver 2015

Demat d'an holl

Cet article pour présenter un manuscrit rare du cimetière de Flixecourt (Somme), daté de 1941 dans lequel sont cités plusieurs patronymes bretons dont Jegou, Dagorn, Vigouroux, Marc'hadour, Queffelec, etc...

Ces trois derniers patronymes sont liés à une première émigration de familles du village de Plomodiern (Finistère) vers les filatures de Chiry-Ourscamps (Oise) vers 1900/1903, puis une deuxième émigration vers la filature des frères Saint à l' Etoîle vers 1912/1914 (L 'abbaye d'Ourscamps étant devenue l'enjeu de batailles entre Allemands et Français pendant le conflit 14/18).

Lien au précédent article relatif au foyer breton de Chiry-Ourscamp:

http://queffelecadrak.canalblog.com/archives/2014/05/18/29894667.html

______________________________________________________________________________________________________________________________

Plan de l'article:

1) Lignée patri-linéaire de Yves Marie Queffelec qui a acheté la concession d'une tombe pour ses parents le 6 mars 1939 au cimetière de l'Etoîle

2) Plan des concessions daté de 1941

3) Photographies du village

4) Photographies de la famille

______________________________________________________________________________________________________________________________

1) Lignée patri-linéaire de Yves Marie Queffelec:

C'est Yves Marie qui a acheté la concession d'une tombe pour ses parents le 6 mars 1939 au cimetière de l'Etoîle, cet achat a fait l'objet d'une mention dans le plan daté de 1941.

Légende: ° = naissance, x = mariage, + = décès

Yves Marie Queffelec x Marie Clara FROIDURE (° 16/11/1911 à Chiry Ourscamps, x 8/3/1937 à Saint-Leger-lès-Domart, + 8/5/1982 à Saint-Leger-lès-Domart) d'où 5 enfants, fils de:

René Queffelec x Marie-Jeanne VIGOUROUX (°9/3/1862 à Briec Trois croix, x 21/2/1900 à Plomodiern, + 13/2/1939 à L'Etoîle (80)) d'où 4 enfants, fils de:

Yves Le Queffelec x Anne LIJOUR (°3/1/1818 à Briec K/diles, x 22/7/1855 à Briec, + 1/12/1882 à Briec Trois croix) d'où 9 enfants, fils de:

Jean Le Queffelec x Marguerite MARZIN (°24/3/1775 à Briec K/vennal, x 5/9/1800 à Briec, + 6/9/1835 à Quimper) d'où 7 enfants, fils de: 

Pierre Le Queffelec x Marie LE BARS (°1/5/1742 à Quillinen Pennavern, x 17/8/1772 à Briec, + 28/8/1779 à Briec Guinigou) d'où 4 enfants, fils de: 

François Le Queffelec x Jeanne LE TALEC (°12/1/1708 à Landrevarzec, x 26/2/1732 à Landrevarzec, + 24/9/1758 à Landrevarzec Villeneuve) d'où 10 enfants, fils de: 

François Le Queffelec x Catherine LE DOUGUET (° # 1660 à Landrevarzec, x 23/11/1689 à Landrevarzec, + 26/4/1716 à Landrevarzec Manoir des Salles) d'où 12 enfants, fils de:

? x ?

_____________________________________________________________________________________________________________________________

2) Plan des concessions daté de 1941:

Extraits de L'Etoile et son Histoire de Ghislain Lancel:  Les archives du secrétariat de la mairie de L'Etoile recèlent un document peu connu, le plan des concessions du vieux cimetière du village.

Datation, composition

Le plan des concessions, archivé avec une liasse de près de 500 actes de concessions, reproduit la totalité des tombes et emplacements des concessions du cimetière (au moment de sa réalisation, avec déjà plus de 400 emplacements). Le document est réalisé au dos d'un morceau de grande affiche publicitaire (en faveur du lait), le plan mesurant 2 m x 0,50 m.

 

Plan des concessions 1941

Le vieux plan n'a pas de titre, ni de date, mais il comporte un emplacement unique dans la rangée du haut du bout du cimetière, au nom de Spicher. Or, si l'on classe la liasse archivée des concessions par ordre chronologique, il n'y en a qu'une qui puisse convenir, c'est celle de Jean Adolphe Spicher, en date du 26 juin 1941, tandis que la suivante est celle de Duval-Carpentier, du 20 août de la même année. Ce plan est donc celui des concessions du vieux cimetière de L'Etoile, en juillet 1941 (avec une erreur maximale de datation de un mois).

Ce plan n'a pas la fidélité d'un plan d'architecte. Il est presque rectangulaire. En ce temps de pénurie de papier, en pleine guerre, on l'a donc volontairement déformé pour le faire tenir dans l'affiche. Mais il est bien suffisant pour situer les tombes et les concessions. L'allée principale y est rectiligne, et va donc sur le plan en ligne droite depuis le mur sud de l'église jusqu'à l'autre bout du cimetière. Les deux allées verticales y sont bien présentes, la plus longue cachée au niveau de l'ombre de la pliure verticale du plan et la plus petite à la gauche de la précédente, à une dizaines de tombes environ.

Les cases du plan portent parfois le sigle d'une croix ou une lettre. La lettre P indique la Perpétuité. La lettre T suivie d’une année (par exemple T 1946) signale une concession qui était Trentenaire au moment de la réalisation du plan et indique l’année de fin de cette concession.

Divers et curiosités

La rangée G (tout en haut à droite) ne comporte que quelques mentions, l'une à gauche étant la concession Spicher. Celles de droite sont plus inattendues : "Wier, J.", soldat anglais de 19 ans mort en 1916, et Ossuaire, un dépôt qui n'est plus en usage aujourd'hui (mais qui avait certainement encore servi à recueillir les ossements trouvés récemment dans les jardins des Moulins-Bleus). A l'est de l'église, on remarque aussi une mention "Soldat allemand".

La croix en grès est au bout ouest (gauche) de la rangée I, en bordure de la petite allée verticale. En face de cette croix, mais de l'autre côté de l'allée, derrière la chapelle Devraigne, une mention crayonnée indique "Réservé aux noyés inconnus". Les registres ont en effet enregistré au moins deux noyés non identifiés, dont une italienne au petit chien...

Moins triste, témoignant même de l'aisance passée de certaines familles, signalons les dessins de chapelles (Devraigne et autres, mais pas celle de l'abbé Martial Patry, bien que son emplacement soit signalé) et les représentations de stèles (Boudois et Merck).

Liste des noms

Il a été relevé 406 noms (presque tous assez facile à lire, recopiés avec l'orthographe usitée). Naturellement le nom mentionné est celui de la personne qui avait payé la concession ; cette personne n'a donc pas nécessairement été inhumée à l'emplacement indiqué, ni même dans ce cimetière. Rappelons aussi que ce plan date de juillet 1941 et qu'il n'est pas un plan des inhumations mais un plan des achats de concessions. Par conséquent il n'est pas exclu d'y retrouver le nom de famille d'une personne décédée bien après 1941...

Un  fichier reprend les noms ci-dessus, avec pour compléments la durée de la concession (Perpétuité, 30 ou 15 ans) et la localisation estimée de la concession. Le code de localisation est celui des lettre et numéro dont il a été fait mention par ailleurs, sauf pour la partie la plus ancienne du cimetière, autour de l'église, où l'on a situé les emplacements par rapport à cette église (E) et les points cardinaux (EN pour Nord de l'Eglise, etc.)  

Etant donné les grandes dimensions du plan (2 mètres de long et 50 centimètres de large), il n'est pas possible de présenter ici toutes les photos à un échelle suffisante permettant de lire correctement les noms. Il faudra donc se rendre en mairie pour consulter ce plan, ou attendre qu'il soit trouvé une solution pour scanner en une seule fois l'ensemble du plan... Ci-dessous un extrait des tombes situées à l 'est et au sud de l'église.

Exemple de localisation des tombes

Localisation des tombes Queffelec/Vigouroux et leurs alliés Pluquet/Queffelec et Marchadour/Vigouroux:

 

Localisation Durée Accordée à Côté Ouest Côté Est Côté Nord Côté Sud Jour Mois Année
F 27 30 ans Queffélec, Yves, à St-Léger les Domart Beldame-Dagorn personne Allée Allée 6 3 1939
B 24 30 ans Pluquet, Lucien, ouvrier d'usine Postel Eugène personne Allée Allée 2 5 1907
P 03 15 ans Pluquet, Lucien, ouvrier d'usine Allée Margris Fleury Allée Allée 15 1 1903
F 07 30 ans Marchadour, Marie Anne, Veuve Avisse Rémont Eugène personne Allée Allée 3 3 1941

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

3) Photographies du village, prises en août 2012:

 

L'ancien cimetière vue de l'église St Jacques sur les hauteurs de l'Etoile:

PICT1856

PICT1857

La tombe de René Queffelec et de son épouse Marie Jeanne Vigouroux:

PICT1860

PICT1859

La montée vers l'oppidum Gaulois dit "camp de César":

PICT1863

L'église St Jacques:

PICT1851

PICT1855

Vue des hauteurs du cimetière sur la vallée de la Nièvre (affluent droit de la Somme d'une longueur de 23km):

PICT1852

Le monument aux "Morts pour la France":

 

PICT1850

Yves Marie Marchadour "Mort pour la France" le 7/12/1915 à Bercy au Bac côte 104 (Aisne):

Yves Marchadour mort pour la France

Yves est le fils de René Marchadour et de Jeanne Françoise Vigouroux (soeur de Marie Jeanne Vigouroux ép René Queffelec)

 

Rue de Moulins bleus, là où ils vécurent:

PICT1864

PICT1865

_______________________________________________________________________________________________________________________________

4) Photographies de famille:

René Queffelec avec son épouse Marie Jeanne Vigouroux, rue des Moulins bleus à l'Etoile.

La moto est celle de leur fils Yves Marie (Photo prise vers 1935).

PICT7219

René Queffelec et son épouse Marie Jeanne Vigouroux, avec leur petite fille Jeanne Louise Yvonne dite "jeannette"  FRICOT:

L'Etoîle 1938 René Queffelec

Marie Jeanne Vigouroux, rue des Moulins bleus à l'Etoîle, vers 1945/1950:

L'Etoîle Marie Jeanne Vigouroux

Marie Jeanne Vigouroux vers 1950/1959 à l'Etoile

"Ma si chère et si bonne grand-mère" comme dit Lucienne Pluquet sa petite fille:

Marie Jeanne Vigouroux_2

 

Une vie qui s'achève:

Marie Anne Vigouroux a été élevée avec 15 autres frères et soeurs (tous devenus adultes) dans un "Pen-ty" de la ferme de Lezouyer en Plomodiern.

A 23 ans, émigration économique elle quitte le Finistère pour l'Oise (Chiry Ourscamp).

Le couple travaille à la Filature "Moritz et Cie"

A 33 ans, elle quitte l'Oise pour suivre sa soeur Jeanne à L'Etoile, installation pour travailler à la Filature "Saint-Frères". Ourscamp est occupé par les allemands pendant la guerre 14/18.

Son fils Guillaume meurt à 19 mois mal surveillé en crêche le 15/9/1906 à Ourscamps.

Sa fille Marie Anne et son petit fils Gérard Yves Marceau Fricot sont tués dans les bombardements américains de Doullens le 7/8/1944.

Son fils Yves Marie soldat fait prisonnier en Allemagne du 20/5/1940 au 20/5/1945.

Sa langue bretonne, qu'elle n'a jamais cessé de chanter et parler, ni tenté de transmettre jusqu'à ses petits-enfants.

Une langue française jamais maîtrisée et "la peur de se faire moquer".

Elle décède le 8 août 1959 à L'Etoile et y est enterrée auprès de son mari René Queffelec, dans le vieux cimetière du village.

 

PICT7220  

_______________________________________________________________________________________________________________________________