D'ar Sadorn pemp a viz Meurzh 2016.

Demat d'an holl,

 

Cet article pour présenter Pierre Marie Quefelec condamné militaire à l'établissement central des fers à Bône en Algérie le 1er décembre 1851.

 

Sa peine initiale de 10 ans fut réduite de deux ans dès 1851 et réduite à nouveau de 18 mois le 1er août 1857.

Il fut libéré des fers le 11/6/1858 après 6,5 ans de travail à " l'atelier de Bône " comme il le dit lui-même.

Pierre Marie est le seul bagnard Queffelec, qui revint vivant d'un bagne.

Nous possédons, chose exceptionnelle, une lettre manuscrite de Pierre Marie Quefelec datée du 15/8/1858, il habitait alors à Arles dans les Bouches du Rhône.

Il réclamait sa "Masse" d'un montant de 116 francs et 16 centimes.

Il est tout à fait remarquable que Pierre Marie Quefelec sache lire et écrire, son écriture est de plus très belle.

 

Liens d'accès à quatre autres articles relatifs à des bagnards Queffelec:

 

Jacques Queffelec, bagnard en Guyane de 1887 à 1889 [Famille Pleyben K/gogan]

Louis Queffelec bagnard en Nouvelle Calédonie [Famille Cast K/biriou]

Jean condamné aux galères, Lababan, 1730

Noël Queffelec, bagnard à Brest 1815/1855 [Famille Gouesnac'h K/iles]

 

__________________________________________________________________________________________________________________________

Plan de l'article:

1) Lignée patri-linéaire

2) Documents administratifs et lettre manuscrite de Pierre Marie Quefelec

3) Photographies de famille

4) Photographies anciennes de Bône

5) Histoire du bagne (extrait WIKI)

_________________________________________________________________________________________________________________________

1) Lignée patri-linéaire

 

Légende: ° = naissance, x = mariage, + = décès, # = date approximative

 

Pierre Marie Quefelec x Rosalie AUGIER (° 8/7/1827 à Saint Thegonnec Quelafres, x 14/10/1860 à Collet de Deze, + 14/8/1900 à la Grand'Combe, mineur aux Houillères des Cévennes) d'où 8 enfants, fils de:

Jean x Marie LE PORS (°21/2/1781 Saint Thegonnec Quelennec, x 12/2/1819 Saint-Thegonnec, + 23/8/1860 Pleyber Christ CoatLuzec), 6 enfants, fils de:

Hervé x Marie Françoise MADEC (° 29/11/1753 à Guiclan, x 11/1/1780 Saint Thegonnec, + 9/4/1812 à Saint Thegonnec Lividic), 4 enfants, fils de:

Hervé x Jeanne L'HELIES (° 7/3/1732 à Guiclan, x 26/7/1751 Guiclan, + 14/6/1769 à Saint Thegonnec Hellin, d'où 7 enfants, fils de :

Hervé x Jeanne QUEGUINER (° 15/5/1696 à Guiclan K/saintgilly x 30/1/1731 à Guiclan, + 24/12/1754 à Guiclan, d'où 8 enfants, fils de:

Hervé x Jeanne PICHON (° 18/3/1665 à Saint-Thegonnec, x 22/8/1693 à Saint Thegonnec, + 13/4/1741 à Guiclan), d'où 8 enfants, fils de :

Hervé x Marie LE QUEGUINER (°#1635, x1660, + 24/12/1708 à Saint Thegonnec Herlan), d'où 7 enfants, fils de :

Yves x Isabelle ROLLAND ou RANNOU (°#1615, x#1635, + 10/4/1680 à Saint Thegonnec Rimpiriou, d'où 1 enfant au moins, fils de :

? x ?

_________________________________________________________________________________________________________________________

2) Documents administratifs et lettre manuscrite

 

 

 

Source: ANOM archives nationales d'outre mer à Aix-en-Provence

DSCN5656

DSCN5650

DSCN5651

DSCN5652

DSCN5653

DSCN5654

 

 

Lettre manuscrite de Pierre Marie QUEFELEC qui écrit depuis Arles au Gouverneur de l'Algérie pour réclamer sa "Masse"

 

Le dictionnaire  du CNRTL en donne la définition et l'exemple de Jean Valjean dans les Misérables de Victor Hugo:

La masse est la omme constituée de retenues faites sur le salaire d'un prisonnier et qui lui est remise à sa libération.

"J'ai de l'argent. Ma masse. Cent neuf francs quinze sous que j'ai gagnés au bagne par mon travail en dix-neuf ans" (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p.96).

 

 

 

DSCN5657

_________________________________________________________________________________________________________________________

3) Photographies de famille

 

Pierre Marie Quefelec né en 1827 à Saint Thegonnec:

 

Pierre Marie né à St Thegonnec en 1827

 

Pierre Marie QUEFELEC (debout à droite près du mur), deux de ses 2 filles Julia côté droit de la photo et Virginie. L'homme entre les 2 femmes est le gendre de Pierre Marie QUEFELEC:

Julia et Virginie et Pierre Marie

 

__________________________________________________________________________________________________________________________

4) Photographies anciennes de Bône

 

Casbah de Bône. Condamnés aux fers et garde montante:

CPA casbah-de-bône

 

Relèvement du mouillage. La Casbah au N.O. ½ N. Le Lion au N. E. ½ N

CPA casbah-de-bône_2

 

 

CPA casbah-de-bône et les caroubiers_5

CPA casbah-de-bône et l'hôpital civil_3

 

 

La Casbah de Bône, le pavillon des sous-officiers:

CPA casbah-de-bône le pavillon des sous officiers_4

 

 

Le plan du port en 1832 et en 1875:

CPA casbah-de-bône le port en 1832 et 1875_7

 

 

Le vestibule de la Casah de Bône:

CPA casbah-de-bône vestibule_6

 

 

 

 

 

CPA ALGERIE-BONE_-_Rue_Bugeaud_et_Marché_arabe

CPA Bône caserne

CPA Bône la plage

CPA Bône le cours

CPA Bône les remparts

 

CPA Chemin_de_fer_de_Bône_La_Calle

 

 

La danse du foulard:

CPA danseuses de Bône

 

 

 

La police de Bône:

CPA police de Bône Algérie

________________________________________________________________________________________________________________________

5) Histoire du bagne (extrait WIKI):

 

Louis XIII, créa en 1619 l'Aumônier général des galères, le 1er fut Saint-Vincent de Paul. Les condamnés aux travaux forcés étaient envoyés aux galères, jusqu'en 1748 ou le bagne fut créé. Les galères furent réunies à la marine par une ordonnance de Louis XV du 27 septembre 1748.

Les bagnes furent créés au départ dans les arsenaux en France, le 1er bagne fut celui de Toulon, suivi par Brest en 1750 et de Rochefort en 1767.

Sous la Révolution française, d'autres bagnes furent créés, Lorient, Cherbourg (1803) et Le Havre pour recevoir les déserteurs et les révoltés.

Le 4 mai 1848, les représentants du peuple élus au suffrage universel, et issus des élections du 23 avril se réunissent pour former l'assemblée constituante et proclamer la naissance de la 2e république. 

Le 21 juin 1848, la commission exécutive ordonne la fermeture des ateliers nationaux, provoqua un mouvement insurrectionnel à Paris, une répression sanglante fut menée contre les insurgés parisiens entre le 23 et le 26 du même mois. 12 000 insurgés et 1 460 militaires furent tués, 11 671 individus furent interpellés. 

Le 27 juin 1848, un décret prévoit que ceux-ci seront soumis à la transportation, dans les possessions d'Outre-Mer, autre que celles de la Méditerranée. Ce décret ne fut pas appliqué. M. de MONTROL a saisi l'Assemblée Nationale sur une proposition d'une transportation en Algérie

La loi du 24 janvier 1850 désigna l'Algérie comme lieu de transportation. Le 31 janvier 1850, prévoyait la construction d'un site pénitentiaire à Lambessa, en attendant celle-ci 500 insurgés furent enfermés à la Casbah de Bône pendant 2 ans. Le transport vers l’Algérie eut lieu avec les frégates Le Gomer et l’Asmodée.

 

_________________________________________________________________________________________________________________________