D'al Lun c'hwec'h warn ugent a viz Meurzh 2018

Demat d'an holl,

 

Cet article fait suite à ma rencontre au mois d'août 2017 avec Jean Queffelec, confiseur à Brest-Saint-Marc.

 

Son père Francis Queffelec était confiseur rue Jean Jaurès à Brest.

Son grand-père Francis était pâtissier-confiseur place de La Tour d'Auvergne à Brest

Son arrière grand-père Hervé Queffelec était boulanger à Landerneau 

 

Jean eut la gentillesse de m'accueillir par deux fois. Il m'a présenté les photographies et documents qui suivent.

La photographie de son camion "Kef" fut une révélation, car beaucoup me parlaient de ce camion et je désespérais de le voir un jour.

Voilà qui est chose faite.

Nous avons longuement discuté.

Jean est quelqu'un de réfléchi, posé et très à l'écoute.

 

 

Cet article fait suite à :

Les Queffelec confiseurs à Brest [Famille Rosnoën Quillivian]

Hélène Queffelec [Rosnoën Quillivian]

 

Je remercie Jean pour son chaleureux accueil.

Trugarez vras

Youenn ar C'heveleg

Yac'h

________________________________________________________________________________________________________________________

Pour en savoir davantage sur le blog dédié à notre patronyme, cliquer que le lien suivant:

 

Liste des articles du blog Queffelec a-drak

_______________________________________________________________________________________________________________________

Plan de l'article:

 

1) Lignée patrilinéaire

2) Photographies de famille (source Jean Queffelec)

3) Histoires 

4) Photographies de famille (source Hélène Queffelec, cousine germaine de Jean)

5) Coupon publicitaire

6) Actes d'état civil

________________________________________________________________________________________________________________________

1) Lignée patri-linéaire

 

Légende: ° = naissance, x = mariage, + décès, # = date approximative

 

Victor Francis Yvon Queffelec (° 15/6/1927 à Brest, x célibataire, + 6/12/1999 à Brest, confiseur partie production) et

Jean François Yvon Queffelec (° 19/10/1930 à Brest, confiseur partie commerciale) d'où 4 enfants,

 

fils de:

 

Francis Queffelec x Jeanne Henriette GOASDOUE (° 16/3/1901 à Brest, x 17/7/1926 à Brest,+ Francis 23/4/1974 à Brest, confiseur au 11 rue Jean Jaurès) d'où 2 enfants, fils de:

Françis Marie Queffelec x Marie Adèle Emilie LE COZ (° 26/9/1865 à Landerneau, x 5/9/1898 à Brest, + 29/10/1942 à St Pierre Quilbignon, pâtissier, confiseur place de La Tour d'Auvergne) d'où 3 enfants, fils de:

Hervé Queffelec x Marie Françoise LE CALENNEC (° 5/10/1831 à Rosnoën Ramsec, x 15/9/1856 à Landerneau, 28/12/1879 à Landerneau, boulanger) d'où 8 enfants, fils de:

François Queffelec x Marie Jeanne TELLIER (° 10 Prairial an X à Rosnoën Toulhoat ar golles, x 5/7/1826 à Rosnoën, + 28/9/1857 à Rosnoën) d'où 14 enfants, fils de:

Jean Queffelec x Marie Louise GOAS ou VOAS (° 22/12/1778 à Rosnoën, x 8 pluviose an VIII à Le Faou, + 22/1/1850 à Hanvec K/loc'h) d'où 3 enfants, fils de:

François Queffelec x Jeanne PIRIOU (° 11/5/1757 à Rosnoën K/simon, x 10/1/1776 à Le Faou, + 3/10/1832 à Rosnoën Pennavern ar gollez) d'où 3 enfants, fils de:

Jean Queffelec x Catherine TRELLU (° 21/11/1729 à Quimerc'h Goriquer, x 10/5/1756 à Rosnoën, + 16/7/1762 à Lambezellec belle promenade) d'où 6 enfants, fils de:

Charles Queffelec x Marie ROLLAND (° 20/12/1691 à Quimerc'h, x 25/7/1726 à Rosnoën, + 12/6/1743 à Quimerc'h) d'où 6 enfants, fils de:

François Le Queffelec x Anne TROMEUR (° 23/9/1663 à Rosnoën, x 24/11/1687 à Quimerc'h, + ?) d'où 8 enfants, fils de:

Jacques Le Queffelec x Catherine POULIQUEN (° # 1625 à Rosnoën, x # 1650 à Rosznoën, + >= 1704 à Rosnoën) d'où 8 enfants, fils de:

Yves Le Queffelec x Marie MIOSSEC ( ° # 1605 à Rosnoën, x # 1625 0 Rosnoën, + 24/11/1670 à Rosnoën) d'où 9 enfants, fils de:

? x ?

_________________________________________________________________________________________________________________________

2) Photographies de famille (source Jean Queffelec)

 

Jean est au volant de son camion, il part visiter les acheteurs en gros et les fournisseurs de matières premières:

IMG_8150

IMG_8151

 

IMG_8149

 

 

Carte de visite:

IMG_8152

IMG_8153

 

 

 

Vers 1940 à Brest:

Francis (père) Queffelec (1865 - 1942) avec probablement son épouse Marie Adèle Emilie LE COZ (1877 - 1943)

IMG_8154

 

 

Francis (fils) Queffelec (1901 - 1974), père de Jean:

IMG_8155

 

 

Papier à en-tête de la confiserie de Francis (fils):

IMG_8156

IMG_8157

 

 

Facture à en-tête de la confiserie de Jean Queffelec:

IMG_8158

 

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

3) Histoires

Hervé Queffelec x Marie Françoise LE CALENNEC (° 5/10/1831 à Rosnoën Ramsec, x 15/9/1856 à Landerneau, 28/12/1879 à Landerneau, boulanger) d'où 8 enfants

Leur boulangerie était située sur la rive droite de l'Elorn, rue de La Tour d'Auvergne.

Leur fils Francis (futur confiseur de Brest) tout jeune bébé, fut blessé lorsqu'une employée fit chavirer le berceau.

Francis (père) en garda toute sa vie une déformation de la colonne vertébrale.

Francis (père) une fois autonome, s'installa vers 1895 à Brest comme pâtissier.

C'est qui par l'achats de machines fonda cette dynastie de confiseurs.

 

L'acheteur de la maison familiale de Landerneau rénova la maison et découvrit lors du retrait d'un plancher une cassette d'or, relique de la Duchesse Anne.

Francis (père), le grand-père de Jean en fut si contrarié, qu'il contracta une jaunisse qui lui dura une année !

 

Françis Marie Queffelec x Marie Adèle Emilie LE COZ (° 26/9/1865 à Landerneau, x 5/9/1898 à Brest, + 29/10/1942 à St Pierre Quilbignon, pâtissier, confiseur place de La Tour d'Auvergne) d'où 3 enfants,

A Brest, les affaires marchèrent si bien que Francis (père) était déjà millionnaire en 1914.

Il aurait pu acheter des immeubles en 1917/1918, mais du fait de la guerre, les gens n'étaient plus tenus de payer leur loyer.

Par mesure de sécurité il convertit ses économies en or qu'il plaça en banque.

Mais ces économies disparurent d'un coup en 1939 lorsque les Allemands confisquèrent l'or en stock dans les banques françaises.

 

Les Allemands s'emparaient également de toutes les automobiles disponibles.

Francis Queffelec (père) cacha dans des citernes, après leur avoir oté leurs roues, les deux voitures qu'il possédait, une Peugeot 201 et une Hotchkiss.

 

Boulangerie à Landerneau

Boulangerie au pont de Rohan à Landerneau

Boulangerie au pont de Rohan à Landerneau_2

 

 

Les deux fils de Francis Queffelec, Charles et Francis Queffelec, furent tous deux des confiseurs réputés.

Charles prit la suite de son père, place de La Tour d'Auvergne, Francis quant à lui s'installa rue Jean Jaurès à Brest.

La concurrence fut rude entre les deux frères.

 

Le papa de Jean, Francis Queffelec faillit mourir, lorsque tout jeune, il fut atteint de fièvre thypoïde.

Cette maladie resta mortelle jusqu'à la découverte par Fleming du premier antibiotique la péniciline, dont les utilisations médicales ne furent comprises et élaborées qu'en 1939.

Pendant la première guerre mondiale, faute de matières premières pour fabriquer ses confiseries, Francis (fils) devint photographe professionnel et travailla avec le photographe Beaucoyrand. Selon la technologie Sepia marron ou bleue, pour photographier essentiellement des mariages et des militaires.

Note:

Le sépia est un type de photos monochrome dans lequel l’image apparait dans les tons bruns.
Le rendu d’une photo ancienne sépia peut être défini comme étant opposé au niveau de gris utilisé dans une photo ancienne noir et blanc.
Ce type de photographie a été produit avec le procédé d’ajout d’un pigment conçu à partir de la poche d’encre des seiche Sepia.

 

 

Tout au début de la seconde guerre mondiale Francis fut chef de poste à Deolen (entre Brest et Plougonvelin) station de câbles transatlantiques.

Deolen_1

 

 

La petite crique de Déolen, sur le sentier côtier entre Brest et Plougonvelin, abrite un trésor de la mémoire maritime internationale.

La Bretagne, dardant sa péninsule vers le Nouveau Monde, s'impose comme un site privilégié pour participer au développement de ce formidable défi technologique. Et c'est en 1869 qu'est mis en service le premier câble transatlantique français, qui relie la pointe du Minou, à l'ouest de Brest, à Duxburry, aux Etats-Unis2 en passant par St-Pierre et Miquelon (Source: site internet "patrimoine d'Iroise").

Deolen_2

 

 

 

Lorsque les Allemands arrivèrent très peu d'hommes de son poste étaient en état de se battre et furent faits prisonniers.

Francis quant à lui s'échappa.

Un peu plus tard, un article de journal demanda à tous les jeunes Bretons non encore démobilisés de se présenter au Château de Brest.

Tous furent faits prisonniers et envoyés à Coëtquidan.

Francis Queffelec, homme d'action comme toujours, y fonda une coopérative pour alimenter les prisonniers, et demanda même un camion pour aller à Nantes s'approvisionner.

Ils furent ensuite envoyés à Compiègne.

Préparant son évasion, Francis quitta ses habits militaires et se vêtit d'un tablier de postier. Ainsi habillé en péquin, il se rendit en ville. De là il sauta dans un train pour Paris Saint-Lazare.

S'arrêtant déjeuner dans un restaurant, il eut la surprise d'y trouva son frère Charles Queffelec lui aussi évadé.

Ensemble ils prirent le train pour Brest, mais par prudence descendirent à Plouaret dans les Côtes d'Armor pour ne pas risquer d'être arrêtés en gare de Brest.

Tous les deux, champions de cyclisme du Finistère, prirent des vélos et revinrent ainsi au pays sans être inquiétés.

Toute la durée du conflit, Francis se cacha dans une maison que la famille possédait à Tourbian en Pluguffan.

Le terrain de 4500 m² lui permit de cultiver suffisamment de légumes (tomates, et même du raisin dans deux serres), pour la famille et quelques amis qui venaient de la ville de Brest le dimanche.

 

Francis Queffelec fils, dut acheter ses machines deux fois, les premières ayant été détruites ou confisquées.

A la sortie de la guerre, le sucre étant rationné, Francis en acheta directement à la Préfecture "au noir" , pour redémarrer la production de confiseries.

Il fut dénoncé et condamné à payer 140.000 Francs d'amende.

Il s'ensuivit une déprime si forte qu'il dut se faire soigner en clinique.

Jean son fils, alors âgé de 16 ans prit la suite du mieux qu'il le pouvait.

                                                                        -----------------------------

Une  Goasdoué de la famille, demande un jour à Jean de le conduire à Guipavas pour déposer des fleurs sur la tombe familiale. Sans permis de conduire, arrêté par les Allemands à Coëtaudon en Guipavas, il écopa d'une amende de 15 Francs.                                                                                                                  

                                                                        -----------------------------

Jean roulait plus souvent en tandem voire en triplette.

Un jour, alors qu'il allait chercher du lait à Coëtaudon, en longeant un convoi de voitures allemandes, un raid de l'aviation anglaise les mitrailla.

Dans la précipitation qui s'ensuivit, l'un des véhicules fit une embardée et percuta Jean.

L'enfant resta trois semaines dans le coma.

Le traumatisme crânier de Jean était tel, que l'un de ses yeux en fut exorbité, les os du crâne brisés se chevauchaient.

Jean fut soigné par un médecin dénommé Barbareau. Ce dernier fit trépaner l'enfant par un chirurgien allemand. 

                                                                     -------------------------------

 

Les anciens bâtiments de la confiserie de Francis furent préemptés pour y construire la mairie.

Francis (fils) partit pour la rue de la Vierge qui donnait sur le glacis un peu plus bas (usine de production), puis s'installa rue Jean Jaurès et enfin rue Keruscun à Brest.

N° 66 rue Jean Jaurès après la guerre pour fabriquer les bonbons, transférée rue Coatargueven (devenu un magasin de meuble depuis).

N°11 rue Jean Jaurès devenu magasin.

                                                                    ____________________

C'est là que la marque "bonbons Kef" fut créée, le surnom de ce magasin était "Ti-Kef".

Un camion fut acheté pour vendre la production sur tout le Finistère ainsi que d'autres produits en exclusivité en demi-gros à des détaillants.

Les distributeurs Quimperois achetaient à eux seuls 25% de la production.

Lors de la retraite de son père, Jean transféra les locaux de production à Brest Saint-Marc rue Mestriden.

L'entreprise comptait alors 10 employés et produisait quotidiennement 1 tonne de confiseries.

 

Puis les grandes surfaces prirent leur essor, elles organisaient des achats en masse avec des paiements à 60 jours fin du mois suivant.

Sans liquidités, les affaires périclitèrent.

Jean vendit les machines au fils d'un fabricant de galettes de Pleyben.

Ce garçon ne sut pas tenir son affaire, et les machines partirent en Algérie et au Maroc.

Jean finit les huit dernières années de sa carrière professionnelle comme agent immobilier. 

_________________________________________________________________________________________________________________________

4) Photographies de famille (source Hélène Queffelec, cousine germaine de Jean)

 

 

Vers 1940 de gauche à droite:

Francis Queffelec père,

Charles Queffelec et son épouse André Rolland son fils

Raymond Queffelec (fils de Charles) et Jean et Victor Queffelec (fils d'autre Francis) ses petits enfants

IMG_5472

 

 

Vers 1954 à Brest route de GUIPAVAS, chez Francis "fils":

De gauche à droite: Andrée Rolland (épouse de Charles Queffelec), Raymond Queffelec (fils de Charles Queffelec), Jean Queffelec (fils de Francis Queffelec), Jeanne Goasdoué (femme de Francis Queffelec), Francis Queffelec, Charles Queffelec (dit "Lolo", frère de Francis Queffelec) et Cécile Rolland (soeur de Andrée) 

 

IMG_5480

 

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

5) Coupon publicitaire

 

Ce coupon publicitaire était en vente sur internet en 2016:

Il a été édité à l"imprimerie Queffelec à Brest Saint-Pierre [Kef Rosnoën Toul ar Hoat]

J'ai publié un article sur cette imprimerie, que voici : Jean Louis Marie Queffelec, imprimeur [Rosnoën Toul ar Hoat]

F Queffélec fils berlingots

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

6) Actes d'état civil

1898 M à Brest Queffelec Le Coz_1

1898 M à Brest Queffelec Le Coz_2

1898 M à Brest Queffelec Le Coz_3

 

 

_________________________________________________________________________________________________________________________