D'ar Sadorn pevar warn ugent a viz Du 2018,

Demat d'an holl,

 

Cet article présente les recherches faites sur Saint-Mahouarn patron de l'église paroissiale de Plomodiern.

Ces recherches font suite à l'élévation d'une statue dédiée à Saint-Mahouarn à la Vallée des Saints à Quenequillec en Carnoët (Côtes d'Armor).

Cette statue a été financée par les descendants des Bretons de Plomodiern et plus largement du Porzay partis en 1903 pour une filature implantée à Ourscamp dans l'Oise en Picardie.

Leur histoire est racontée dans l'article suivant: Filature d'Ourscamp, foyer Breton, partie 2

 

Esquisse, maquette et sculpture du sculpteur Goulven JAOUEN (La vallée des Saints à Quenequillec en Carnoët, 2018):

GJ Croquis2_3

GJ Croquis2_2   DSC_0693 -Copier-

 

Lennit mat,

Trugarez vras

Youenn ar C'heveleg

_________________________________________________________________________________________________________________________

Pour en savoir plus sur le blog, cliquer sur le lien ci-après:

Liste des articles du blog Queffelec a-drak

_________________________________________________________________________________________________________________________

Plan de l'article:

1) Introduction

2) Loc-Mahouarn à Cast, Loc’h

3) Saint-Mahouarn au Juch, Landanet

4) Saint-Mahouarn à Plomodiern, bourg

5) Saint-Mahouarn à Plonevez-Porzay, Lesvren

6) Saint-Mahouarn à Plonevez-Porzay, Ste Anne La Palud

7) Saint-Mahouarn à Plouvorn

8) Marc’h et Marc

9) Mahouarn, prénom porté dans le Porzay

10)  Mahouarn, nom d’homme chez les Celtes

11)   Mahouarn dans la littérature moderne

12)   Pour le guide de la Vallée des Saints à Carnoët

_________________________________________________________________________________________________________________________

1) Introduction

 

Mahouarn a des chapelles, fontaines et croix qui lui sont dédiées sur le pourtour du Porzay. Au nord au Loc’h en Cast, au plus près de Châteaulin, à l’ouest à Lesvren en Plonevez-Porzay et au sud-ouest à Landanet au Juch.

Il est saint patron de Plomodiern et probablement saint éponyme de Plouvorn en Léon.

De nos jours seule l’église paroissiale de Plomodiern lui est encore dédiée et son pardon fêté.

Les autres lieux de vénération sont soit tombés en désuétude soit renommés en Saint-Magloire ou en Saint-Hervé car Saint-Mahouarn s’avérait trop « obscur » ou « local » pour une église catholique et romaine à vocation universelle.

Ce processus d’inculturation est connu pour avoir effacé le culte de nombre de nos vieux saints par un zèle de mise en conformité « idéologique ».

Les traces sont fugaces car presque partout les vestiges ont été abandonnés, non entretenus, puis détruits. Les pierres furent ré-employées ou dispersées.

Pourtant le prénom de Mahouarn fut porté au moins sur deux siècles dans le Porzay surtout à Plomodiern jusqu’au milieu du 19ème siècle. Les registres de baptême et naissance, mariages, sépultures et décès en sont les témoins formels.

De nos jours et même à Plomodiern Saint-Mahouarn est pour tous assimilé à Saint-Hervé, bien que les fêtes ne coïncident nullement, le 17 septembre pour Hervé alors que le pardon de Plomodiern se fête le 21 septembre.

Mahouarn est un nom de guerrier « Marc’h-Houarn » ou cheval de fer, cheval caparaçonné de bardes d’acier.

D’ailleurs le mot Plomodiern vient de « magu-tigernos », paroisse du « grand chef ou roi ».

Mahouarn fut donc un grand chef, protecteur de son peuple ou clan, respecté puis vénéré.

En effet en 1831, le Loc’h en Cast était encore cité comme ermitage de Saint Mahouarn, dénommé Loc-Mahouarn.

Mahouarn fait donc partie de ces hommes qui dédaignèrent le pouvoir régalien pour une vie érémétique.

Son peuple éleva chapelles, fontaines et croix monumentales pour en perpétuer le culte.

La montagne sacrée du Menez-C’homm fait partie de la paroisse de Plomodiern. Le roi Marc’h y repose, la légende l’affirme.

Mahouarn n’est donc pas Hervé.

Mahouarn méritait bien qu’on lui dédiât une statue à La Vallée des Saints à Quenequillec en Carnoët.

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

 2) Loc-Mahouarn à Cast, Loc’h

 

Mahouarn a progressivement été supplanté par Magloire à partir du XVIIIème siècle.

Loc-Mahouarn a progressivement disparu au profit du toponyme Le Loc’h.

On peut cependant signaler que le lieu était encore appelé Loc’h-ihouarn dans les années 60 selon le témoignage du propriétaire actuel M. Jouan de Kervanoël.

A l’arrière du manoir du Loc’h, dans les bois, le minerai de fer est partout affleurant et donne une couleur rouge aux pierres des murets étagés des anciennes zones d’extraction.

 

Bulletin de la commission diocésaine d’architecture et d’archéologie, 1905:

Cette chapelle, que le rôle des décimes, en 1787, appelle Saint-Magloire, n’était anciennement connue que sous le vocable de Saint-Mahouarn ; nous en trouvons mention sur une fondation datant de 1657. Ce ne fut qu’au XVIIIè siècle que l’on commença à l’appeler indifféremment, dans les comptes : Saint-Mahouarn ou Saint-Magloire. Saint-Mahouarn est le patron de la paroisse de Plomodiern. Il est représenté en costume épiscopal, mais on ne sait rien de sa vie.

En 1831, M. Guizouarn, recteur de Cast, écrivait à l’Evêché : « la fabrique possède, sur le placître du Loc’h une vieille chapelle ruinée qui ne sera pas rebâtie pour trois raisons : elle est trop petite, elle est à une lieue du bourg, et elle est à un quart de lieue de Châteaulin, dont la jeunesse libertine s’y rend, le jour du pardon, et non pour édifier les bons paysans. C’est ce qui avait déterminé M. Quevarec, recteur (1805-1812), à la faire démolir : on a transporté à Cast, la charpente, les statues, les autels, une tour (Note : C’est sans doute le pinacle de cette tour qui se trouve dans l’enclos voisin du presbytère), il ne reste plus que les murs qu’on pourrait accorder à M. de Kervenoel, sur le terrain duquel la chapelle est bâtie. »

Nous avons relevé, sur les registres, les deux actes suivants, qui concernent cette chapelle :

Ce jour, 15è de Mai 1650, en l’église paroissiale de Cast a été une cloche faicte et dédiée pour la chapelle de Monsieur de Saint-Mahouarn, en la paroisse du dit Cast, baptisée par vénérable personne Missire Grégoire Blaise, prêtre de la dite paroisse, et nommée soulz et au nom de Monsieur Saint-Louis par vénérable et discret Missire Guillaume Le Glinec, recteur du dit Cast, et dame Louise de Moellien, dame douairière de Kerstrat, propriéterresse de Chef du Bois et autres lieux, présents les soussignants, à l’issue de la grand’messe, selon les formalités de notre mère Ste Eglise :

                                                                               « Louise de Moelien ; Quoetsquiriou ; T. Le Louarn ; Blaise,

prêtre : G. Glivec ; Jouan ; H. Le Queffellec ; Guillerme. »

 

Ce jour, 29è Octobre 1673,

ont été faites les cérémonies requises et nécessaires par vénérable et discrete personne Missire René Cariou, curé de la paroisse de Cast, pour la bénédiction d’une cloche pour servir dans la chapelle de Monsieur St-Mahouarn du Loc, située en la dite paroisse.

Laquelle cloche a été bénite en l’église paroissiale de Cast et nommée Françoise-Corentine par discrete personne Missire Pierre Jule, recteur de la dite paroisse, et demoiselle Françoise Jouan, ses parrain et marraine, qui signent : P. Jule ; G. Mauguen, prêtre ; G. Crauzon, prêtre ; Françoise Jouan ; Marguerite Le Bihan ; R. Cariou, prêtre ».

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Loc-Mahouarn in « Revue Bretonne de botanique pure et appliquée, volume 3 . Brest, 1841 

 

Loc-Mahouarn_1

 

 

Voici ce qu’écrit  Pol Potier de Courcy membre la société française pour la conservation des monuments historiques, Saint-Pol de Leon le 15 juin 1844:

« En quittant Châteaulin, dans la direction de Quimper, on gravissait avant l’ouverture de la nouvelle route, une montagne très élevée, prolongement des montagnes noires. C’est le chemin que je pris pour me rendre au bourg de Cast. A une demi-lieue de Châteaulin, je laissai sur la gauche le manoir de Loc-Mahouarn, sur l’emplacement duquel se trouvait autrefois l’ermitage et la chapelle de Saint-Mahouarn, saint inconnu aux hagiographes , et aujourd’hui patron de Ploumodiern. Prenant sur ma droite, je traversai un plateau inculte, terminé au nord-ouest par les trois cimes du Menehom. La montagne du Menehom, élevée de plus de mille pieds au-dessus du niveau de la mer, était un lieu célèbre du temps des Druides, et les nombreux monuments  celtiques dont elle est encore couverte annoncent sont importance religieuse passée. La tradition veut que le nom de Menehom ou Menec’hom (montagne de l’auge) lui vienne d’une auge qu’on appelle en breton Com, en construction C’hom, et qui servait aux cérémonies druidiques ».

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Loc-Mahouarn in « Bretagne origines armorico-bretonnes de E. Halleguen, Tome II . Paris, 1872 »

Docteur Eugène Halleguen (né le 4 octobre 1813 à Châteaulin, thèse de doctorat soutenue à la Faculté de Médecine de Paris le 6 août 1836, décédé vers 1879, historien)

Capture_5

Capture_3

Capture_4

 

Vue aérienne du Loc’h en Cast :

La chapelle se situait sous la station de pompage du Loc’h, cette parcelle porte de nos jours le nom de  « Park an illiz »

Source: Jean-Pierre Portier in Trésors du patrimoine dans le pays de Châteaulin et du Porzay, 2012

 

Vue aérienne Le Loc'h en Cast légendée

 

 

Au Loc’h, la fontaine et le lavoir Saint-Mahouarn (photos Jean-Pierre Portier)

JP Portier_10

 

 

Il y  eut des processions jusqu’à cette fontaine dans laquelle se trouvait une statuette, jusque dans les années 1940/1950 (Témoignage rapporté par Jean-Pierre Portier).

JP Portier_9

 

 

Les vestiges de la chapelle dans le jardin du presbytère au bourg de Cast :

Redents de baie :

IMG_0661     IMG_0662

 

Statue décapitée de Mahouarn en costume épiscopal, de face et de profil :

IMG_0664     IMG_0665

 

 

Fût brisé de colonne polyèdrique (calvaire ?) :

IMG_0666

 

 

Grand pinacle de la tour (ou clocher) :

Grand pinacle

 

Autre pinacle, plus petit peut-être issu des colonnes du porche :

IMG_0669

 

 Un christ enchassé sur le grand pinacle, fragments du calvaire ? :

Christ          JP Portier_25

 

Pierre tombale :

IMG_0667     IMG_0668

 

Mégalithe avec stigmates de gravures:

IMG_0671

 

 

Autre pierre de taille :

IMG_0672

 

________________________________________________________________________________________________________________________

3) Saint-Mahouarn au Juch, Landanet

 

Landanet carte légendée

 

Témoignages rapportés par André Cloarec de Landanet:

Témoignage de M. l’Abbé François Philippe voisin de Landanet et qui m’a dit, en 1966,  avoir joué enfant- vers 1900- dans les ruines de la chapelle Saint Mahouarn. C’était dans ses souvenirs une excavation ceinturée de murets.

Témoignage de Madame Marie Anne Kervarec née sur les terres de la ferme de Landanet. Elle aussi se souvient d’avoir joué dans les mêmes ruines vers 1900.

Histoire de la ferme Cloarec de Landanet : la pierre d’autel est devenue pierre d’angle de la maison de la ferme (1904) ; et Je vous l’avais dit, les comptes de fabrique de la trêve du Juch (qui ne sera paroisse qu’en 1844) mentionne une obole dans le tronc  de Landanet ; 2 livres, 1760. La chapelle était donc encore en état à cette date.

Par ailleurs je pense que les pierres de la maison qu’occupe mon frère, belles pierres de taille en beau granit de Locronan, viendraient de la chapelle car toutes les autres pierres de construction sur la ferme étaient extraites in situ et n’ont pas la même qualité.

IMG_8180

 

Linteau daté de 1904 sur la maison d’habitation :   

Linteau 1904

 

Pierre gravée d’une croix sur la maison adjacente à la maison familiale :

IMG_0678        IMG_0679

 

Comptes de fabrique du Juch (source : archives départementales du Finistère, cote 88G4).

IMG_0702    IMG_0683

 

Article 4 de cette année 1761, obole dans le tronc de la chapelle Saint-Mahouarn :

Obole Landanet

IMG_0707

 

 

Au premier plan lieu de la chapelle Saint-Mahouarn, à l’arrière-plan et juste à l’orée du bois, la fontaine Saint-Mahouarn :

L’emplacement de la chapelle porte encore les stigmates noirâtres d’un incendie.

Le toponyme « Landanet » proviendrait de lann (lande) et tanet (participe passé de tanañ ou brûlé). Source : Noms du territoire Juchois paru en 2017

IMG_8177

 

Landanet, la fontaine de Saint-Mahouarn, la structure de pierres a disparu :

Source qui se jette dans le « stang de Kergouenec » qui à son tour rejoint le cours d’eau Le Nevet ou Ris qui finit sa course dans la Baie de Douarnenez à la plage du Ris

IMG_8185

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

 4) Saint-Mahouarn à Plomodiern, bourg

 

Plomodiern a pour saint éponyme Modiern du brittonique « Magu-tigernos » ou « grand roi ou seigneur ».

Selon d’Arbois de Jubainville :

Explication magu

 

Explication tigernos

 

 

 

Source: Revue d'archéologie, Paris 1891. Chapitre: lessons faite au Collège de France en décembre 1890 par d'Arbois de Jubainville.

Revue archéologique 1891_1

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 

Selon Bernard Tanguy, l’assimilation de Mahouarn à Hervé est sans doute abusive, car le pardon de Saint-Mahouarn à Plomodiern a lieu le 21 septembre alors que la Saint-Hervé est fixée au 17 juin.

Il rappelle également que Mahouarn est attesté pour désigner un nom d’homme en vieux Breton Marchoiarn ainsi que des noms de lieux : Knech Mahouarn et Menez Marchouarn attestés en 1432 et 1520 en Treouergat (Pays du Léon)

Bernard Tanguy page de garde

Bernard Tanguy explication Plomodiern et Mahouarn

 

 

 

Monographie de Plomodiern écrite par l’abbé Jacques Thomas, 1966 :

Pour cet auteur Mahouarn est Hervé, car pour lui le préfixe « Ma » n’a guère d’importance et « houarn » ressemble à Houarné.

La démonstration il faut le dire n’est pas convaincante.

Plomodiern abbé Thomas_1   Plomodiern abbé Thomas_2

 

Plomodiern abbé Thomas_10

Plomodiern abbé Thomas_9

 

 

Fontaine de Saint-Mahouarn en Plomodiern:

Fontaine_1     Fontaine_2

 

 

Eglise paroissiale de Saint-Mahouarn en Plomodiern :

Eglise Saint-Mahouarn 16-8-18_4

 

CPA_4   CPA_3

 

La banière de Saint-Mahouarn à Plomodiern :

Bannière_3

 

Cantique de Saint-Mahouarn :

Ce cantique fut composé dans les années 80 par Charles BOUIN originaire de Crozon, curé de Locronan

IMG_0539

 

 

Le Menez-C’homm où se trouve la tombe du roi Marc’h, la légende du Roi Marc’h :

 

« Autrefois, un roi très puissant dénommé Marc'h (« cheval » en breton) était un grand guerrier mais menait une vis dissolue. Quand il mourut, Dieu voulut le damner mais la Vierge Marie intercéda en sa faveur. Dieu consentit à ce qu'il ne soit point damné mais « son âme devra demeurer dans sa tombe jusqu'à ce que cette tombe soit assez haute pour que, depuis son sommet, le roi Marc'h puisse voir le clocher de ta chapelle ». Depuis le roi Marc'h patiente... jusqu'à ce que les passants aient déposé suffisamment de pierres sur sa tombe pour qu'il puisse, du sommet du tas, enfin voir le clocher de la chapelle et être sauvé »

Source: La mythologie celtique parue chez Jean Picollec, par Yann Brekilien. Paris 1981

CPA_7

 

________________________________________________________________________________________________________________________

 5) Saint-Mahouarn à Plonevez-Porzay, Lesvren

 

Mahouarn fut supplanté par Hervé dès avant le XVIème siècle; « curatorem capellae sanctii Herveii vulgô dicte sancti Maihouarn, cum eàdem facultate" 1518. Source: Bulletin archéologique du Finistère année 1894, tome XXI, page 209

 

BAF Tome XXI page 209_1

 

 

BAF Tome XXI page 209

 

 

 

 

Voici ce que dit l'abbé Pouchous dans sa monographie sur la chapelle saint Machouarn de Lesvren:

Abbé Pouchous_0

Abbé Pouchous_1

Abbé Pouchous_2

 

 

Roger Garrec mentionne à Lesvren, une chapelle dédiée à Saint-Mahouarn , une fontaine sacrée et une croix:

Roger garrec page de garde

 

Garrec_1

Garrec_2

Garrec_3

Garrec_4

 

 

Vue aérienne légendée de Lesvren en Plonevez-Porzay:

Vue aérienne légendée de Lesvren

 

Lesvren Izella :

Croix monumentale de Saint-Mahouarn du XVIIème siècle, située dans une pâture de Lesvren izella, vers le cours d’eau Le Lapic. Sur le fût un christ et une vierge à l’enfant.

IMG_0512

 

 

IMG_0511     IMG_0507

 

Lesvren izella :

Sur la gauche à la croisée des chemins se trouvait la fontaine sacrée de Saint-Mahouarn. La fontaine a disparu suite à la captation de la source.

IMG_0513

 

 

Lesvren huella, la fromagerie Le Gac:

Magnifiques bâtiments intégralement de pierres de taille

IMG_8188

 

Fromagerie_1    Fromagerie_2

 

Fromagerie_3

 

Entrée monumentale avec pilastres, du village de Lesvren :

IMG_0520

 

Jardin potager clos de murs dont quelques pierres proviennent de la chapelle Saint-Mahouarn :

 

IMG_0515

IMG_0517

 

 

________________________________________________________________________________________________________________________

 6) Saint-Mahouarn à Plonevez-Porzay, Ste Anne La Palud

 

Groupe de Saint-Hervé, provenant de la chapelle Saint-Mahouarn de Lesvren suite à sa désaffection :

IMG_0529

 

Vitrail de Saint-Mahouarn en la chapelle de Sainte-Anne La Palud :

Il est écrit Mahouarn « dit Hervé », et non pas Hervé « dit Mahouarn » ce qui atteste la substitution d’un saint vénéré localement par un saint reconnu par l’église catholique et romaine.

Vitrail Mahouarn

 

De même à l’entrée de cette chapelle une plaque explique que la Grande Déesse Celte Ana Mamm goz ar Vretoned mère des dieux, déesse de la mort, de la fécondité et de la renaissance, fut convertie vers l’an 500 en la mère de la vierge, dite Sainte-Anne .

IMG_0533

________________________________________________________________________________________________________________________

 7) Saint-Mahouarn à Plouvorn

 

 

Bernard Tanguy n’associe pas Mahorn à Mahouarn, mais plutôt à Morn connu pour être associé aux préfixes usuels Coat, Ker, Stang ou Bot

 

 

IMG_0771     Bernard Tanguy page de garde

Bernard Tanguy-Pouvorn

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Revue de Bretagne et de Vendée, janvier-février 1911, tome XLV

Dans sa topologie des paroisses du Léon l'auteur, M. Jourdan de la Passardière, associe quant à lui Mahorn au Mahouarn de Cornouailles:

 

 

Revue de Bretagne et d'Anjour 1911_1

 

Revue de Bretagne et d'Anjour 1911_2

_______________________________________________________________________________________________________________________

 8) Marc’h et Marc

 

 Le Groupe de Landévennec désigne un ensemble de manuscrits enluminés des évangiles datés des IXe et Xe siècles et provenant du scriptorium de l'abbaye de Landévennec.

La principale caractéristique de ces évangéliaires est la représentation des quatre évangélistes sous une forme anthropozoomorphique, plus précisément zoocéphale : un animal ailé pour Saint-Mathieu, à tête de cheval pour Saint-Marc, de bœuf pour Saint-Luc et d’aigle pour Saint-Jean.

C’est explicitement le cas de l’évangéliaire de Boulogne-sur-Mer, manuscrit 8 daté de la seconde moitié du IXe siècle, de l’évangéliaire de New-York, manuscrit 115 daté des années 890-910.

Voici l’exemple de l’évangéliaire d’Oxford, manuscrit Auct. D. 2. 16 daté du début du Xe siècle :

Evangéliaire_de_Landévennec_Saint-Marc_tête_de_cheval

 

Le cheval se dit « Marc’h » en Breton.

Nous avons parlé plus haut de la fontaine de Saint-Mahouarn au bourg de Plomodiern. La statue de droite est celle de Saint-Marc, l’évangéliste.

Cette statue révèle donc une fois de plus, que Mahouarn a bien rapport au cheval.

Il conviendrait donc mieux de l’écrire Marc’houarn.

Saint-Marc à Plomo     Saint-Marc à Plomo_2

 

 

Note : Mahalon, paroisse du pays du Cap (orthographiée « Machalon » en 1160) porte cette double ambiguïté :

- son église paroissiale est dédiée à Saint-Magloire (comme le fut celle du Loc’h en Cast).

- une ancienne statue de chêne représente Saint-Marc l’évangéliste. Avec celle de Saint-Magloire, elle encadre le maître-autel.

Il est cependant impossible de prouver, dans l’état actuel de nos connaissances,  qu’il s’agit là encore du fruit du processus d’inculturation qui aurait fait disparaître Mahouarn au profit de Magloire et de Marc.

________________________________________________________________________________________________________________________

 9) Mahouarn, prénom porté dans le Porzay

 

8-1) Exemples issus des registres de baptême (source : archives départementales du Finistère, cote 3E 211 art 1):

Occurence_1

 

Occurence_2

 

 

Occurence_3

 

 

 

 

Occurence_4

 

 

 

Occurence_5

 

Occurence_6

 

Occurence_7

 

Occurence_8

 

Occurence_9

 

8-2) Liste de actes de religiosité ou d’état-civil (source : base Récif du Cercle Généalogique du Finistère).

Personnes dénommées Mahouarn lors de 18 baptêmes, 11 mariages et 14 sépultures, de 1677 à 1849:

 

baptême - 06/02/1677 - Plomodiern (Langonstinjat)

LE BORGNE Mahoarn enfant de Jacquez et de Marguerite PERON Parrain : nicolas guillaume (de kergoff) Marraine : le croazec marguerite

 

baptême - 20/02/1677 - Plomodiern

LE BOHENNEC Mahoarn enfant de Jacques et de Marie KERHASCOET Parrain : l'auffret jean Marraine : le provost marguerite

 

baptême - 02/10/1721 - Plomodiern (Bourg)

LE GANNAT Mahouarn enfant de Guillaume et de Marie LE STIR Parrain : riou mathias Marraine : moysan marie

 

baptême - 16/12/1724 - Plomodiern (Bourg)

MOREAU Mahouarn enfant de Estienne et de Françoise LAGADEC Parrain : helgouarch jean Marraine : polezec francoise

 

baptême - 13/11/1737 - Plomodiern

GUEDES Mahouarn enfant de Milio et de Marie VIGOUROUX Parrain : le gannat mahouarn Marraine : le stir madeleine

 

baptême - 20/03/1738 - Plomodiern

LE BORN Mahouarn

fils de et de Marie LE BORN Parrain : BESCOU Alain Marraine : HELGOUARCH Françoise Témoin : A.LE STAGUER recteur

 

baptême - 01/10/1738 - Plomodiern

LE DUF Mahouarn fils de Mathias et de Jeanne LE BOENNEC Parrain : LE BOENNEC Jean Marraine : LE DUF Marie Témoin : A.LE STAGUER recteur

 

baptême - 02/10/1738 - Plomodiern

LE FOLL Mahouarn fils de Pierre et de Jeanne LE PAN Parrain : GOURLAN François Marraine : PAN Marie Témoin : A.LE STAGUER recteur

 

baptême - 03/10/1740 - Plomodiern

LOUBOUTIN Mahouarn fils de René et de Marie COGUEN Parrain : KERVELLA Jacques Marraine : LE BRETON Jacquette

Témoin : A.LE STAGUER recteur

 

baptême - 17/03/1745 - Plomodiern

CORRE Mahouarn enfant de Françoise CORRE et de père inconnu Parrain : me chapallain louis

 

baptême - 24/08/1746 - Plomodiern

LAUTROU Mahouarn enfant de Hervé et de Anne GANNAT Parrain : le gannat mahouarn Marraine : kermaidic corentine

 

baptême - 02/10/1748 - Plomodiern

TRETOUT Mahouarn enfant de Guillaume et de Janne FERTIL Parrain : fertil jan Marraine : mauguen marie

 

baptême - 29/05/1763 - Plomodiern

LE FOLL Mahouarn enfant de Yves et de Corentine QUINQUIS Parrain : le foll mathurin Marraine : le stum marguerite

 

baptême - 16/12/1768 - Plomodiern

LE FOLL Mahouarn enfant de Jacques et de Marie POQUET Parrain : lagadec yves Marraine : dhot janne

 

baptême - 02/10/1774 - Plonévez-Porzay (Manoir tresséol)

BOURVEAU Mahouarn enfant de et de Marie BOURVEAU Parrain : le saux guillaume Marraine : niger jeanne

 

baptême - 09/12/1775 - Plomodiern (Lescuz)

GOLCHEN Mahouarn enfant de et de Marie GOLCHEN et de père inconnu

 

baptême - 12/02/1783 - Plomodiern (St gilles)

GUEDEZ Mahouarn enfant de René et de Marguerite LE BERNARD

 

Naissance - 24/09/1823 - Plomodiern (Tilan)

BERNARD Mahouarn enfant de Laurent et de Anne LE GUEDEZ

 

mariage - 31/01/1701 - Plomodiern

LE BOHENNEC Mahouarn Domicilié à Plomodiern fils de Jacques

LE MAUGUEN Elisabeth Domiciliée à Plomodiern fille de Guillaume

 

Fiançailles - ?/01/1757 - Cast

GUEDEZ Mahouarn de Plomodiern fils de Miliau, décédé et de Marie VIGOUROUX

HORELLOU Anne de Plomodiern fille de Corentin et de Jeanne HELGOUARCH

 

mariage - 14/02/1757 - Plomodiern

LE GANNAT Mahouarn de Plomodiern fils de Guillaume et de Marie STYR

AUTRET Catherine de Plomodiern fille de Jacques et de Corentine LE GOURLAY

 

mariage - 20/02/1757 - Plomodiern

LE GUEDEZ Maouarn de Plomodiern fils de Jean et de Marie VIGOUROUX

HORELLOU Anne de Plomodiern fille de Corentin et de Jeanne HELGOUARCH

 

mariage - 10/05/1765 - Plomodiern

LE FOLL Mahouarn de Plomodiern fils de Pierre et de Jeanne LE PANN

DUOT Jeanne de Plomodiern fille de Yves et de Jeanne ALLAIN

 

Fiançailles - 26/05/1771 - Châteaulin

LE BORGNE Mahouarn de Plonévez Porzay, demeure à châteaulin

RIOU Marie de Saint Coulitz Veuve de : Jean TROMEUR

 

Bans - 30/05/1771 - Saint-Coulitz

LE BORNE Mahouarn de Plonevez Porzay domicilié à chateaulin

RIOU Marie de Saint Coulitz Veuve de : Jean TROMEUR

 

mariage - 11/01/1774 - Cast

CORR Mahouarn fils de Françoise CORR et de père inconnu

LE ROUX Anne fille de Thomas, décédé et de Jeanne CADIOU, décédée

 

mariage - 23/02/1775 - Saint-Nic

LE DUFF Mahouarn de Plomodiern fils de Mathias, décédé et de Jeanne LE BOENNEC, décédée, habitué à St Nic

VIGOUROUX Marie  fille de Jacques, décédé et de Catherine GOURMELEN, décédée

 

Mariage - 10/09/1812 - Plomodiern

GUEDEZ Mahouarn âgé de 28 ans , de Plomodiern fils de René et de Marguerite BERNARD, décédée

BOSSER Barbe âgée de 32 ans , de Plomodiern fille de Jean et de Marie HORELLOU, décédée Veuve de : Jacques HEBRELLEC

 

Mariage - 01/01/1816 - Plomodiern

GUEDEZ Mahouarn né le 11/02/1783 à Plomodiern fils de René et de Marguerite BERNARD, décédée Veuf de : Barbe BOSSER

RICHARD Marie Jeanne née le 05/12/1788 à Plomodiern fille de François et de Marguerite LE TREUT, décédée Veuve de : Urbain HERNOT

 

sépulture - 24/12/1732 - Plomodiern (Kergors)

LE BOUENNEC Mahouarn âgé de 55 ans

 

sépulture - 23/10/1749 - Plomodiern

TRETOUT Mahouarn âgé de 13 mois

 

sépulture - 09/01/1765 - Plomodiern (Vallaré)

LE FOLL Mahouarn âgé de 19 mois Témoins : pierre le foll grand père, mahouarn le foll parrain, allain le gourlay

 

sépulture - 25/12/1768 - Plomodiern (Penchoat)

LE FOLL Mahouarn âgé de 10 jours Père : Jacques

 

sépulture - 19/01/1773 - Plomodiern (Bourg)

LE GANNAT Mahouarn âgé de 50 ans Conjoint : Catherine AUTRET

 

sépulture - 13/10/1774 - Plonévez-Porzay

BOURVEAU Mahouarn âgé de 10 jours Mère : Marie BOURVEAU

 

sépulture - 23/12/1775 - Plomodiern

GOLCHEN Mahouarn âgé de 14 jours Mère : Marie GOLCHEN

 

Décès - 27/pluv/An05 - Plonévez-Porzay (Penfrat)

LE CORRE Mahouarn Conjoint : Anne LE ROUX

 

Décès - 22/mess/An11 - Plomodiern (Valare)

FOLL Mahouarn âgé de 60 ans Père : Pierre Mère : Jeanne PAN

 

Décès - 29/pluv/An12 - Plomodiern (Kergors)

LE DUFF Mahouarn âgé de 65 ans Père : Mathias, décédé Mère : Jacquette MOREAU, décédée

 

Décès - 23/brum/An13 - Plomodiern (Tor ar menez)

GUEDEZ Mahouarn âgé de 66 ans Conjoint : Anne HORELLOU

 

Décès - 01/06/1809 - Châteaulin

QUELEN Mahouarn âgé de 71 ans Père : René Mère : Marie BORN né à PLOMODIERN, décédé à l'hospice de CHATEAULIN

 

Décès - 29/01/1823 - Plomodiern (Lescobet)

GUEDEZ Mahouarn âgé de 39 ans Père : René, décédé Mère : Marguerite BERNARD, décédée Conjoint : Marie Jeanne RICHARD

 

Décès - 12/05/1849 - Plomodiern (Lescobet)

BERNARD Mahouarn âgé de 26 ans Père : Laurent Mère : Anne GUEDEZ

 

Témoins dénommés Mahouarn lors de douze baptêmes et sépultures de 1702 à 1770:

 

baptême - 25/03/1702 - Plomodiern

LE MIGNON Anne fille de Hervé et de Jeanne JEZEQUEL

Parrain : le bohennec mahouarn Marraine : le gourlan catherine

 

baptême - 10/06/1705 - Plomodiern

HASCOUET Isabelle fille de Jacques et de Marie KERHASCOUET

Parrain : boennec mahouarn Marraine : guiot elisabeth

 

baptême - 15/01/1707 - Plomodiern

LANNUZEL Marguerite fille de Hervé et de Jeanne PERNEZ

Parrain : le boennec mahouarn Marraine : kerhascouet marguerite

 

baptême - 31/03/1711 - Plomodiern

MOREAU Catherine fille de Jacques et de Guillamette LE BOENNEC

Parrain : LE BOENNEC Mahouarn Marraine : MOREAU Catherine, de Saint Nic

 

baptême - 27/12/1717 - Plonévez-Porzay (Kerloenn)

PERSON Pierre enfant de Alexandre et de Catherine BOENNEC

Parrain : Mahouarn LE BOENNEC Marraine : Anne PERSON

 

baptême - 16/09/1727 - Plomodiern (Keraliou)

LE DOARE Guillaume fils de Guillaume et de Anne REFELET

Parrain : LE BOENNEC Mahouarn Marraine : LE DREAU Françoise Témoin: A.LE STAGUER recteur

 

baptême - 26/09/1727 - Plomodiern (Kergors)

LE DUFF Anne fille de Mathias et de Jeanne LE BOENNEC

Parrain : LE BOENNEC Mahouarn Marraine : VIGOUROUX Anne Témoin: A.LE STAGUER

 

baptême - 15/08/1728 - Plomodiern (Kerelec)

KERVOACH Mathias fils de Jean et de Marguerite LABASQUE

Parrain : LE BOENNEC Mahouarn Marraine : LE GOFF Marie Témoin: Jean MAUGUEN prêtre

 

baptême - 13/11/1737 - Plomodiern

GUEDES Mahouarn enfant de Milio et de Marie VIGOUROUX

Parrain : le gannat mahouarn Marraine : le stir madeleine

 

baptême - 24/08/1746 - Plomodiern

LAUTROU Mahouarn enfant de Hervé et de Anne GANNAT

Parrain : le gannat mahouarn Marraine : kermaidic corentine

 

baptême - 07/03/1757 - Plomodiern

FERTILL Jean enfant de Yves et de Jacquette DUFF

Parrain : le duff mahouarn Marraine : fertill marie

 

baptême - 25/08/1770 - Plomodiern (Gorre toulgoat)

DUOT Yves enfant de Corentin et de Marie GUILLAMOT

Parrain : le foll mahouarn Marraine : guillamot anne

_______________________________________________________________________________________________________________________

 10)  Mahouarn, nom d’homme chez les Celtes

 

Le Gaulois possède au moins trois mots pour désigner le cheval: Epos, Marcos, Caballos

 

 

Dans les langues brittoniques on retrouve ces mêmes mots : Ebeul, Marc’h, Kefel. Il faut y rajouter une quatrième dénomination : kassikâ, qui donnera en breton : ar gazeg (la jument), kezeg (les chevaux).

 

Il faut aussi rappeler que la bécassine en breton se dit « gioc’h » d’après son cri, la métonymie gavrig-an-hañv d’après son allure, littéralement « la petite chèvre de l’été ». Le linguiste Joseph Loth rapporte que l’irlandais « gabhar » (la chèvre) est employé dans le sens de cheval.

 

En ce qui concerne Marc’h, il convient de citer Fleuriot : Marc'h "cheval" est souvent écrit mar en second élément de composé. Uuiu-ho-march :: Guihomarch :: Guyomar (brave bon cheval) VBEG p. 145. (Exemple contradictoire. Evolution tardive. Cf. Guivarc'h.). P. 146 : /X/ omis aussi en position interne, surtout après r - Glemarec.

 

Anthroponymes avec marc'h dans le cartulaire de Redon : Marchebol (DGVB p. 154), Marccoual (cheval rapide) 124, Marcocuuet(h)en 251 (cavalier de combat) qui est synonyme de Breselmarcoc, de Catmarchoc, et Gleumarcoc, Hedrmarchuc, Damarcoc, Kenmarcoc ... Pictet a Marchoiarn (Redon 210) auprès de Conmarch.

 

 

Communément "le cheval" est désigné par un singulatif : "al loen-kezeg" (litt. "la bête-chevaux"). Cependant, en composition, nous trouvons "marc'h" avec ou sans valeur métaphorique : ur marc'h-samm, marc'h-blein, marc'h-ambilh, marc'h-kleur, marc'h-dor, marc'h-koad, marc'h-avel, marc'h-kaneller (chevalet de tisserand & blagueur), ur marc'h-labour (un travailleur acharné), ar marc'h-orgouilh (le vaniteux), etc. Il en est de même dans les expressions usuelles du type "mont war varc'h" (aller à cheval) ... où l'on fait fi du sexe. Sinon "ar marc'h" est "l'étalon". (Noter l'usage de "marc'h" en préfixe pour nommer des animaux mâles : ar marvran (le corbeau mâle)). Reste à prendre en compte - et à étudier - les particularités dialectales. Mais c'est le tableau général

 

Source: Koulizh Kedez écrivain et poète de langue bretonne (2018).

 

 

Notes :

VBEG   Le vieux breton. Eléments d'une grammaire. Fleuriot. Klincksieck. 1964.

 

DGVB dictionnaire des gloses en vieux Breton, Léon Fleuriot, 1985

 

 

Je présente ci-après un extrait relatif à Marcos qui donnera pour ce qui nous intéresse le patronyme Marchoiarn (cheval de fer) également cité par Bernard Tanguy pour la commune de Plomodiern (voir plus haut).

Source : études sur les noms d’hommes gaulois empruntés aux animaux par Adolphe Pictet, Revue archéologique, 1865, volume 11 pages 109 à 123.

 

Pictet_1

 

Pictet_2

Pictet_3

Pictet_4

Pictet_5

 

________________________________________________________________________________________________________________________

 11)   Mahouarn dans la littérature moderne

 

 Je présente ici une œuvre de Polig Montjarret « douze contes pour Youna » , éditée en 1999 par Coop-Breizh.

 

Extrait Wiki :

Polig Monjarret (° 31 juillet 1920 à Pabu, +8 décembre 2003 à Ploemeur), est un musicien, collecteur et membre du mouvement breton, créateur de la Bodadeg ar Sonerion, principale association de musique traditionnelle bretonne. Ses activités se sont aussi portées dans le développement de l'interceltisme, notamment en favorisant la création de jumelages entre des villes bretonnes et des villes irlandaises ou galloises, mais aussi en permettant des échanges culturels via son implication dans le festival interceltique de Lorient ou dans d'autres programmes.

 

Douze contes pour Youna Mahouarn_1    Douze contes pour Youna Mahouarn_8

 

 

Douze contes pour Youna Mahouarn_9

Douze contes pour Youna Mahouarn_10

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

 12)   Pour le guide de la Vallée des Saints à Carnoët

 

Mahouarn

Variantes : Marc’houarn, Maouarn, Mahoarn, Mahorn, Marchoiarn,

Origine du nom: Vieux Breton de Marc’h, cheval et Houarn, fer

Pardon le 21 septembre

Lieux ayant un lien avec ce saint : Plomodiern, Cast, Plovez-Porzay, Le Juch, Plouvorn

 

Mahouarn a des chapelles, fontaines et croix qui lui sont dédiées sur le pourtour du Porzay. Au nord au Loc’h en Cast, au plus près de Châteaulin, à l’ouest à Lesvren en Plonevez-Porzay et au sud-ouest à Landanet au Juch.

Il est saint patron de Plomodiern et probablement saint éponyme de Plouvorn en Léon.

De nos jours seule l’église paroissiale de Plomodiern lui est encore dédiée et son pardon fêté.

Les autres lieux de vénération sont soit tombés en désuétude soit renommés en Saint-Magloire ou en Saint-Hervé car Saint-Mahouarn s’avérait trop « obscur » ou « local » pour une église catholique et romaine à vocation universelle.

Ce processus d’inculturation est connu pour avoir effacé le culte de nombre de nos vieux saints par un zèle de mise en conformité « idéologique ».

Le prénom de Mahouarn fut porté au moins sur deux siècles dans le Porzay surtout à Plomodiern jusqu’au milieu du 19ème siècle.

De nos jours Saint-Mahouarn est assimilé à Saint-Hervé, bien que les fêtes ne coïncident nullement, le 17 septembre pour Hervé alors que le pardon de Plomodiern se fête le 21 septembre.

Mahouarn est un nom de guerrier « Marc’h-Houarn » ou cheval de fer, cheval caparaçonné de bardes d’acier.

D’ailleurs le mot Plomodiern vient de « magu-tigernos », paroisse du « grand chef ou roi ».

Mahouarn fut donc un grand chef, protecteur de son peuple ou clan, respecté puis vénéré.

En effet en 1831, le Loc’h en Cast était encore cité comme ermitage de Saint Mahouarn. Mahouarn fait donc partie de ces hommes qui dédaignèrent le pouvoir régalien pour une vie érémétique.

Son peuple éleva chapelles, fontaines et croix monumentales pour en perpétuer le culte.

La montagne sacrée du Menez-C’hom fait partie de la paroisse de Plomodiern. Le roi Marc’h y repose, la légende l’affirme.

Mahouarn méritait bien qu’on lui dédiât une statue à La Vallée des Saints à Carnoët.

 

La statue :

La statue de Mahouarn le représente sur son cheval caparaçonné de bardes d’acier

L’ours symbolise Ourscamp, commune de Picardie qui accueillit en 1903, 135 personnes parties de Plomodiern pour travailler dans la filature Moritz.

Cette émigration de masse est symbolisée à l’arrière de la statue par un envol de bécasses oiseau migrateur choyé en Finistère.

De plus, en Breton, la bécasse se dit « kefeleg »,  ce mot signifie également « cavalier, chevalier »,  comme le fut Mahouarn.

A l’arrière également une ligne d’horizon symbolise les trois sommets principaux de la montagne sacrée Menez-Hom.

Hom ou auge de pierre rituelle des druides, symbolise la tombe où est enterrée le roi Marc’h.

Sur la pierre de socle une citation est gravée « Evit ma bugale aet da Ourscamp, Yac’h » c’est-à-dire : « à mes enfants partis pour Ourscamp, santé prospérité »

Les trois faces polies du bloc rectangulaire pour que le chatoiement de la lumière redonne vie à Mahouarn.

 

DSC_0545 -Copier-

 

DSC_0687 -Copier-

_________________________________________________________________________________________________________________________