D'ar Sadorn seizh warn ugent a viz Mezheven 2017

Demat d'an holl,

 

En avril dernier j'ai rencontré chez lui, le poète de langue Bretonne Koulizh Kedez.

L'accueil fut très chaleureux.

Koulizh m'a tout d'abord invité à prendre le café.

Nous avons discuté, parlé de l'homme, de ses vies, pas uniquement celle du poète.

Puis Koulizh m'a présenté sa maison à colombages du vieux Morlaix, adossée à même le flanc de la colline.

Au rez-de-chaussée se trouvent le salon puis la cuisine. 

Tout au fond une magnifique arche de pierres taillées s'arc-boute sur le granit de la colline.

Nous avons emprunté les escaliers dont les marches ont été très joliment décorées par son épouse.

Tous les objets chez Koulizh sont beaux, comme étrangers des standards actuels.

Au rez-de-chaussée la maison s'ouvre sur une petite cour.

Et plus on monte, plus le terrain s'agrandit car il épouse la pente de la colline environnant Morlaix.

Ainsi, au dernier étage en sortant de la maison, une terrasse et un jardin ont trouvé place.

Dans cette maison, chacun a son étage, sa fille, son épouse et Koulizh.

Koulizh m'a fait entrer dans son bureau-chambre-bibliothèque et m'a aussitôt invité à m'assoir à son bureau.

Il faut dire que j'ai hésité tant le lieu est respectable.

Les murs sont couverts d'étagères et de petites bibliothèques, partout des livres.

Souvent des livres de référence de la matière Bretonne mais pas seulement, car Koulizh est ouvert à toutes les cultures.

 

Près de la façade, noyé de lumière, se trouve un vaste bureau couvert de dossiers, feuilles volantes, carnets, cahiers et d'innombrables petits papiers,....

En m'asseyant là, j'ai bien ressenti un lieu de travail tout à la fois baigné de plaisir, de passion, du feu qui habite Koulizh.

 

Koulizh m'a fait l'énorme surprise d'avoir minutieusement préparé notre rencontre.

Il avait préparé l'historique de ses oeuvres poétiques auxquelles au fil de la discussion se sont rajoutées d'autres documents d'époques antérieures de sa vie. C'est l'objet de cet article.

 

Après près de trois heures d'échanges, nous sommes fatigués.

Koulizh m'invite à prendre un rafraîchissement sur l'aérienne terrasse.

Nous sommes donc montés au dernier étage où la vue sur Morlaix est imprenable.

Koulizh m'a fait partager une boisson de sa création "du Champagne de fleur de sureau" !

Ne pas essayer de retenir le bouchon ce n'est pas possible.

Ne pas essayer de verser le début de la bouteille dans un verre, ce n'est pas possible également !

Une pluie fine de ce Champagne retombe sur nos têtes et c'est ainsi que débute le verre de l'amitié.

 

J'espère que je reverrai cet homme.

Koulizh s'est fait seul, fort de ses convictions, de son courage, de ses passions.

Acharné de travail pour la bonne cause de notre langue Bretonne, pour la Poésie.

Koulizh a déjà beaucoup fait, cependant il travaille encore pour comprendre et créer davantage.

 

Très respectueusement.

Trugarez vras Koulizh

Youenn Ar C'heveleg - Yac'h

 

__________________________________________________________________________________________________________________________

Plan de l'article:

1) Prises de notes du poète

2) Photographies de Koulizh

3) Revue Ar Men (n°12)

4) Article de Ouest France (30 juin 1988)

5) Xavier Grall, raconte son ami Koulizh (Hachette, 1977)

6) Les nouvelles littéraires (n°2519, 12 février 1976): Koulizh le Beckett Breton

7) Les revues littéraires citant Koulizh: 10 publications

8) Le catalogue des oeuvres de Koulizh: 26 publications

 

Pour en savoir plus sur le blog lire: Liste des articles du blog Queffelec a-drak

_________________________________________________________________________________________________________________________

1) Prises de notes de Koulizh

 

Koulizh transcrit ses réflexions dans des carnets, cahiers, feuilles volantes, parfois de petits papiers voire de simples flyers publicitaires:

Ses notes sont complétées de dessins et schémas.

Les textes ont des codes couleurs, la graphie est claire bien que parfois minuscule.

Quelle minutie, quel souci du détail et de la précision ! 

Quels savoirs !

 

IMG_5283

IMG_5284

IMG_5285

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

2) Photographies de Koulizh

 

Une des facettes de Koulizh, conférencier, narrateur à Toulouse, Paris...

IMG_5246

 

 

Soirée entre amis:

IMG_5248

 

 

Chez lui à Saint-Coulitz:

C'est lorsqu'il travaillait ses terres et soignait ses brebis que Koulizh réfléchissait à ses nouvelles.

Elles prenaient forme, depuis tôt le matin, peu à peu.

Le soir venu Koulizh couchait sur le papier ses idées, ses réflexions...

IMG_5249

 

Chez lui à Saint-Coulitz:

IMG_5250

 

 

La promotion de ses ouvrages:

IMG_5251

 

 

La baie de Douarnenez, quelque part au Pays du Cap et en pleine méditation:

IMG_5252

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

3) Revue Ar Men (n°12)

IMG_5370

IMG_5369

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

4) Article de Ouest France (30 juin 1988)

 

IMG_5374

IMG_5371

IMG_5372

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

5) Xavier Grall, raconte son ami Koulizh (Hachette, 1977)

 

IMG_5375

IMG_5376

IMG_5378

 

IMG_5379

 

IMG_5380

 

IMG_5381

IMG_5382

IMG_5383

 

IMG_5384

IMG_5385

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

6) Les nouvelles littéraires (n°2519, 12 février 1976): Koulizh Beckett Breton

IMG_5236

 

IMG_5237

IMG_5239

IMG_5240

 

__________________________________________________________________________________________________________________________

7) Les revues littéraires citant Koulizh

 

1978, Le Puits de l'Ermite, n°29-30-31, le domaine poétique international du surréalisme:

IMG_5347

IMG_5348

IMG_5349

IMG_5350

IMG_5352

IMG_5353

 

1982 Gwenn ha du chez Y Lolfa:

IMG_5366

IMG_5367

IMG_5368

 

IMG_5365

IMG_5364

 

1988, actualités des éditions en langue bretonne chez Skol:

IMG_5226

 

IMG_5227

 

1990 Voor een stem in het koor n°174 (édtions Swevegem Deloof):

IMG_5357

IMG_5358

IMG_5359

 

 

IMG_5354

IMG_5356

 

 

1996 zwischen den zeilen n°7 et 8 (Sous la direction de Urs Engeler):

Une revue de poésie et sa poétique

IMG_5333

 

IMG_5334

IMG_5335

IMG_5337

IMG_5338

 

 

 

1998 Nʹem eus lecʹh all ebet (éditions Brugge : Kruispunt, auteur Jan Deloof):

Bretonse poëzie van de twintigste eeuw

Poème de Koulizh "Gwerz an teuzoù druz" extrait de Dev an avel paru en 1987

 

IMG_5360

 

IMG_5361

 

IMG_5362

 

IMG_5363

 

1998 revue Hors-Jeu n°27 Tome III Poètes de Bretagne,:

IMG_5342

IMG_5341

IMG_5339

IMG_5340

 

2005 Revue Europe n°913, Littérature de Bretagne:

IMG_5344

IMG_5345

IMG_5346

IMG_5343

 

2015 Hor Yezh n°283:

IMG_5315

 

IMG_5316

 

IMG_5317

 

IMG_5318

 

Année ? Trialog:

IMG_5326

 

IMG_5328

 

Traduction d'un poème de Paul CELAN:

IMG_5329

IMG_5330

 _________________________________________________________________________________________________________________________

8) Le catalogue des oeuvres de Koulizh Kedez

1973 et 1974 Brogon et Brogon 2:

IMG_5386

IMG_5387

IMG_5388

IMG_5389

IMG_5390

 

1977 Tri-barzh chez Preder:

IMG_5268

IMG_5270

IMG_5271

 

1987, Dev an Avel chez Skrid, 83 pages:

IMG_5224

IMG_5225

 

Extrait, poème "Gwerz an teuzoù druz":

IMG_5363

 

1988 Ar Fest-Noz chez Mouladuriou hor yezh (de Xavier Grall, traduit en Breton par Koulizh), 126 pages:

IMG_5231

IMG_5232

IMG_5234

IMG_5235

 

 

 

1990, Konchennou mamm gozh chez Skrid, 120 pages:

IMG_5221

IMG_5222

IMG_5223

 

1991 Souflam per gwegen chez Skrid, 120 pages:

IMG_5217

IMG_5218

IMG_5220

 

 

1993 Gorbl an ael chez Skrid, 146 pages:

IMG_5228

IMG_5229

IMG_5230

 

1994 traduction d'oeuvres de Gennadi Aigi, chez Skrid:

IMG_5243

 

IMG_5245

IMG_5244 

 

1996, Komen gwennour chez Skrid, 199 pages:

IMG_5241

IMG_5242

 

 

1997 Requiem d'Ana Ac'hmatova, traduction de Koulizh Kedez (éditions Dana-An Treizher):

IMG_5256

IMG_5257

IMG_5258

 

 

2000, Arvar hag aters (éditions An-Treizher):

IMG_5259

IMG_5260

 

2000, Daouzek d'Aleksander Blok (traduit par Koulizh Kedez):

IMG_5261

IMG_5262

 

IMG_5319

 

2000, Ouzh eien ar gaouded (éditions An Treizher):

IMG_5263

IMG_5264

IMG_5266

 

2005 Kas ha Lazk (éditions Skrid):

Recueil de 3 textes écrits en Hébreu et traduits en Breton par Batia Baum et Koulizh Kedez. Trois textes ayant le même thème de la déportation et du génocide lors des pogroms russes

IMG_5253

IMG_5254

IMG_5255

 

2005 Ar Berniad & Kan war wallazhadeg (an diaoul dieub):

Traduction de Batia Baum et Koulizh Kedez

IMG_5296

IMG_5297

IMG_5298

 

 2008 Kan ar garantez hag an avel (éditions an diaoul dieub):

IMG_5272

 

IMG_5273

IMG_5274

 

2008 Troioù-kaer dom lom (éditions an diaoul dieub):

IMG_5275

IMG_5276

 

2009 Strafuilh ar mor (éditions an diaoul dieub):

IMG_5277

 

IMG_5278

IMG_5279

 

2009 Uzien Announ & Koulizh Kedez (éditions an diaoul dieub):

IMG_5288

 

IMG_5289

 

2009 e-serawen ar bed (éditions an diaoul dieub):

IMG_5320

IMG_5321

IMG_5322

IMG_5323

IMG_5324

IMG_5325

 

2012 Krefen yuzaz (éditions an diaoul dieub):

IMG_5290

IMG_5291

IMG_5292

2013 Yezh va zud (éditions an diaoul dieub):

IMG_5280

IMG_5281

IMG_5282

 

2014 Tarav (éditions an diaoul dieub):

IMG_5300

IMG_5301

 

2014 Bar Yehovoah (éditions an diaoul dieub):

IMG_5302

IMG_5303

IMG_5304

 

Bibliographie de Koulizh incluse à l'ouvrage:

IMG_5305

 

Le poème de Victor Hugo "Booz endormi" traduit en Breton par Koulizh:

IMG_5306

IMG_5307

IMG_5308

"Booz endormi" un des plus beaux poèmes de Victor Hugo:

Booz s'était couché de fatigue accablé ; Il avait tout le jour travaillé dans son aire ; Puis avait fait son lit à sa place ordinaire ; Booz dormait auprès des boisseaux pleins de blé.
Ce vieillard possédait des champs de blés et d'orge ; Il était, quoique riche, à la justice enclin ; Il n'avait pas de fange en l'eau de son moulin ; Il n'avait pas d'enfer dans le feu de sa forge.
Sa barbe était d'argent comme un ruisseau d'avril. Sa gerbe n'était point avare ni haineuse ; Quand il voyait passer quelque pauvre glaneuse : - Laissez tomber exprès des épis, disait-il.
Cet homme marchait pur loin des sentiers obliques, Vêtu de probité candide et de lin blanc ; Et, toujours du côté des pauvres ruisselant, Ses sacs de grains semblaient des fontaines publiques.
Booz était bon maître et fidèle parent ; Il était généreux, quoiqu'il fût économe ; Les femmes regardaient Booz plus qu'un jeune homme, Car le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand.
Le vieillard, qui revient vers la source première, Entre aux jours éternels et sort des jours changeants ; Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens, Mais dans l'oeil du vieillard on voit de la lumière.
Donc, Booz dans la nuit dormait parmi les siens ; Près des meules, qu'on eût prises pour des décombres, Les moissonneurs couchés faisaient des groupes sombres ; Et ceci se passait dans des temps très anciens.
Les tribus d'Israël avaient pour chef un juge ; La terre, où l'homme errait sous la tente, inquiet Des empreintes de pieds de géants qu'il voyait, Etait mouillée encore et molle du déluge.
Comme dormait Jacob, comme dormait Judith, Booz, les yeux fermés, gisait sous la feuillée ; Or, la porte du ciel s'étant entre-bâillée Au-dessus de sa tête, un songe en descendit.
Et ce songe était tel, que Booz vit un chêne Qui, sorti de son ventre, allait jusqu'au ciel bleu ; Une race y montait comme une longue chaîne ; Un roi chantait en bas, en haut mourait un dieu.
Et Booz murmurait avec la voix de l'âme : " Comment se pourrait-il que de moi ceci vînt ? Le chiffre de mes ans a passé quatre-vingt, Et je n'ai pas de fils, et je n'ai plus de femme.
" Voilà longtemps que celle avec qui j'ai dormi, O Seigneur ! a quitté ma couche pour la vôtre ; Et nous sommes encor tout mêlés l'un à l'autre, Elle à demi vivante et moi mort à demi.
" Une race naîtrait de moi !  Comment le croire ? Comment se pourrait-il que j'eusse des enfants ? Quand on est jeune, on a des matins triomphants ; Le jour sort de la nuit comme d'une victoire ;
Mais vieux, on tremble ainsi qu'à l'hiver le bouleau ; Je suis veuf, je suis seul, et sur moi le soir tombe, Et je courbe, ô mon Dieu ! mon âme vers la tombe, Comme un boeuf ayant soif penche son front vers l'eau. "
Ainsi parlait Booz dans le rêve et l'extase, Tournant vers Dieu ses yeux par le sommeil noyés ; Le cèdre ne sent pas une rose à sa base, Et lui ne sentait pas une femme à ses pieds.
Pendant qu'il sommeillait, Ruth, une moabite, S'était couchée aux pieds de Booz, le sein nu, Espérant on ne sait quel rayon inconnu, Quand viendrait du réveil la lumière subite.
Booz ne savait point qu'une femme était là, Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d'elle. Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèle ; Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.
L'ombre était nuptiale, auguste et solennelle ; Les anges y volaient sans doute obscurément, Car on voyait passer dans la nuit, par moment, Quelque chose de bleu qui paraissait une aile.
La respiration de Booz qui dormait Se mêlait au bruit sourd des ruisseaux sur la mousse. On était dans le mois où la nature est douce, Les collines ayant des lys sur leur sommet.
Ruth songeait et Booz dormait ; l'herbe était noire ; Les grelots des troupeaux palpitaient vaguement ; Une immense bonté tombait du firmament ; C'était l'heure tranquille où les lions vont boire.
Tout reposait dans Ur et dans Jérimadeth ; Les astres émaillaient le ciel profond et sombre ; Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de l'ombre Brillait à l'occident, et Ruth se demandait,
Immobile, ouvrant l'oeil à moitié sous ses voiles, Quel dieu, quel moissonneur de l'éternel été, Avait, en s'en allant, négligemment jeté Cette faucille d'or dans le champ des étoiles

 

2015 Smouroute! Kae d'argegin (éditions vagamundo):

IMG_5313

IMG_5312

IMG_5314

_________________________________________________________________________________________________________________________